Landmarq – Origins

Landmarq Origins

2015 marque le vingt-cinquième anniversaire du groupe de rock néo-progressif britannique qui offre à son public cette anthologie qui prend la forme d’un double album récapitulatif, mêlant titres classiques, pistes inédites et interprétations en public. Deux galettes qui représentent chacune un pan de la carrière de la bande au claviériste Mike Varty (qui joue également avec Credo ou du Mick Pointer Band, ce qui ne l’a hélas pas empêché d’échouer à son examen d’entrée pour le poste de claviériste dans le groupe de Fish, remplacé qu’il a été par le non moins brillant John Beck d’It Bites). Les autres membres de la formation sont Uwe Drose (guitare), Steve Gee (guitare basse) et Daniel Martin (batterie). Le chant a été assuré, de 1990 à 1995 par le redoutable Damian Wilson. Puis, de 1998 à aujourd’hui par l’impeccable mais plus irritante Tracy Hitchtings, connue entre autres pour ses participations aux albums de Clive Nolan (Strangers On A Train).

Un disque expose donc des morceaux issus des trois albums enregistrés quand l’excellent Damian Wilson (Threshold, Maiden United, Rick Wakeman’s Band) en était encore le vocaliste émérite. Quelle puissance se dégage des poumons du bonhomme ! Pas étonnant qu’il ait été, en son temps, approché par Iron Maiden pour reprendre le poste de chanteur alors laissé vacant par le mythique Bruce Dickinson, avant qu’il ne revienne, comme tant d’autres, au bercail rémunérateur. Ces trois premières productions, dont le nécessaire « The Vision Pit », paru en 1995, restent ce qui se fait de mieux dans ce style pourtant si décrié. Entre Marillion (période aquatique bien entendu) et Iron Maiden se glisse Landmarq, avec brio, aisance et élégance.

Landmarq Band

La seconde rondelle propose une sélection de chansons interprétées par Tracy Hitchings dont le timbre, bien que superbe, risque d’en agacer plus d’un. Si la musique que propose le quintette apparaît comme toujours aussi démodée (donc intéressante), la pose de voix de la belle crée parfois des ambiances plus hard FM, plus criardes même si la qualité instrumentale de l’ensemble reste si élevée que chaque album vaut son pesant de mélodies entêtantes et de soli émouvants.

Avec cette compilation jubilaire paraît également un coffret (CD + DVD), nommé « Live In The Netherlands contenant leur dernière prestation aux Pays Bas. Plus d’excuses, cette année, pour dire que vous ne connaissez pas Landmarq.

Christophe Gigon (8/10)

http://www.landmarq.net/

Origins
Landmarq
2014
Synergy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *