La Minute Grind N°8 : Wormrot – Abuse

Wormrot – Abuse

Doudididada Douuuu di di dada
C’est le grind
C’est le core
C’est la minute GRINDCORE
Doudididada Douuuu di di dada poum pouf

(Jingle) Tou toudoudou… Là, où je t’emmènerai… Là, où je t’emmènerai avec Edf-Suez, pour protéger l’environnement. Là, où je t’emmènerai… (Fin Jingle).

Un endroit que je voudrais protéger, c’est Singapour, cité-Etat située entre la Malaisie et l’Indonésie. Le climat est chaud, très chaud. Il fait bon y vivre, un véritable paradis pour touriste en bob Ricard. Plus de 64 iles constituent l’archipel. Oh, il y a bien des problèmes, par-ci, par-là, des émeutes raciales, un chômage galopant, des problèmes de logement, un accès à l’eau potable difficile… Mais c’est là où je t’emmènerai… À Singapour, il y a des fous furieux qui jouent du grind. Ils carburent au punk virulent et au hardcore qui colle au calcif. Ils ont tellement de peps que ça fout la honte à tous ceux d’Europe et des United States of America. Tu parles ! Ils sont trois et ils te balancent une de ces avoines, c’est encore pire que du Ong-Bak ! Ah ça, c’est que ça envoie mon gars. Les blasts, les grunts de pourceaux, et un de ces bordels de groove, parce que oui, c’est possible. Un truc à te fracasser la tête contre la table. Les albums sont courts mais putain que ça ramone ! Et c’est comme ça qu’on te retrouve en train de sauter à poil, en faisant non pas du « air guitar », mais du « air grunt », à celui qui pourra le mieux imiter les beuglements et autres cris.

« Abuse », c’est une jolie carte postale, choupinou, délicate, à épingler sur ton cadre de souvenirs ou à coller avec un magnet sur le frigo quand tu prends ta bière. Oh, peut-être que ça prend des airs à la Lucio Fulci et ses zombies dégueux purulents, mais bon sang, qu’est-ce qu’on s’en fout ! Le grind, c’est UNIVERSEL ! Et ça va tellement bien avec le paysage quand tu prends un taxi, quand tu vas dans un temple, quand tu vas au resto… Coucher de soleil… Chaleur apaisante… Végétation luxuriante… Le bonheur… Singapour, c’est là où je t’emmènerai…

(Jingle) Tou toudoudou… Là, où je t’emmènerai… Là, où je t’emmènerai avec Edf-Suez, pour protéger l’environnement. Là, où je t’emmènerai… (Fin Jingle).

Et si ton caleçon est toujours intact après ça, sachez, aimables spectateurs et auditeurs, que le groupe offre en téléchargement gratuit ses albums. D’ailleurs, c’est peut-être de la bouffe asiatique, mais je vous ressers de leur spécialité, avec leur EP sobrement intitulé « Noise ». Cinq minutes de votre vie à partager durant la pause-café et vous faire rêver. J’y retourne !

Doudididada Douuuu di di dada
C’est le grind
C’est le core
C’était la minute GRINDCORE
Doudididada Douuuu di di dada poum pouf

Et n’oubliez pas… Grindcore Is Love !

Jérémy Urbain (L’Asie, ça vous dit ?/10)

Je tiens à préciser que le plus gros festival grind au monde (eh oui, ça existe), l’Obscene Extreme Fest (Ha ha ha), se tiendra cette année dans pas moins de quatre pays différents, et que, pour la première fois, l’Asie sera à l’honneur.

Toutes les infos sont ici

http://www.myspace.com/wormrotgrind

Abuse
Wormrot
2009
Scrotum Jus Records

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *