La Minute Grind N°11 : Blockheads – This World Is Dead

Blockheads – This World Is Dead

Doudididada Douuuu di di dada
C’est le grind
C’est le core
C’est la minute GRINDCORE
Doudididada Douuuu di di dada poum pouf

Blockheads, c’est notre fierté nationale. Blockheads, c’est maintenant quatre Nancéens qui exécutent les manœuvres. Ils sont là depuis 1992, le parfait prolongement outrancier du punk, ils sont la colère, la hargne, la rage, les héritiers de Napalm Death première période, Extreme Noise Terror et autres Carcass. Des vétérans quoi ! Ecouter leur dernier rejeton (après 7 ans d’absence), c’est vivre le grind avant même qu’il atteigne l’oreille interne. Un déploiement de force, un déferlement qui ne fait pas rire. Rien d’excessif et encore moins d’exagéré, « This World Is Dead », c’est sentir la chiasse du monde, la décrépitude sans ornement mais à nu, à poil, plaies à vif, nécroses sous le vent. Vite, ça va très vite, sa violence n’amène que l’aridité, sa haine, c’est contre tout un système qu’elle la pointe et ça ne fait vraiment pas rire… L’exubérance sans recul, la brutalité sans écueil, amère, barbare, directe tel un coup de boule. Blockheads, c’est du respect, respect du public, respect des musiciens, une énergie sans faille jamais bourrative (c’était pas évident vu les 25 titres) et aussi un putain de groove qui sait s’émanciper de ces blocs sauvages, la respiration dans la lourdeur, un son puissant et pesant. Ca le fait même mieux que du Converge. Vivre le chaos, le ressentir tel une force irradiante, le traitement d’une pathologie. Tu sais pas laquelle ? C’est pourtant évident… Trop nul, je ne dirai même pas la réponse. « This World Is Dead »… Ben oui, c’est pas parce qu’on échappe à cette apocalypse de mes deux que le monde s’en porte mieux. Il est déjà cramé les gars ! Mais, par contre, il nous reste notre fierté nationale et pas mal de décibels à cracher. Il reste le grind…

Doudididada Douuuu di di dada
C’est le grind
C’est le core
C’était la minute GRINDCORE
Doudididada Douuuu di di dada poum pouf

Et n’oubliez pas… Grindcore Is Love !

Jérémy Urbain (Game over/10)

http://www.blockheads-grindcore.fr/

This World Is Dead
Blockheads
2013
Relapse Records

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *