La Maschera Di Cera – LuxAde

La Maschera Di Cera – LuxAde

Au cas où la chose aurait échappé aux plus distraits, rappelons que La Maschera Di Cera est l’une des multiples entités jaillies du cerveau bouillonnant de Fabio Zuffanti (bassiste et leader de Finisterre, Höstsonaten, La Zona, Zaal ou encore Aries). Depuis les excellents « La Maschera Di Cera » et « Il Grande Labirinto », publiés respectivement en 2002 et 2003, le « masque de cire » se nourrit avec maestria de la sève progressive italienne des seventies, relançant du même coup le débat sur la prétendue tendance à l’anachronisme du style en question. Ces critiques ne tiennent toutefois absolument pas la route, puisque le quintette génois revendique et assume pleinement cette démarche et que, dans cet exercice, il se montre formidablement inspiré. Superbement produit par Franz Di Cioccio (le célèbre batteur de la Premiata Forneria Marconi), son album de 2006, baptisé « LuxAde », compile sept compositions somptueuses évoquant la rencontre au sommet entre PFM et Museo Rosenbach.

Des premiers, la formation a hérité d’un regard mélodique de braise (Ie poignant « Nuova Luce »), d’une palette sonore incroyablement riche (flûte virevoltante, saxophone volubile, Mellotron majestueux, orgue Hammond virtuose et guitare acoustiques pastorales), ainsi que d’un amour prononcé pour les crescendos emphatiques (l’ambitieux « Un Senso All’Impossibile ») et les atmosphères cristallines (le diaphane « Porta Del Cielo »). Avec les géniteurs de l’exceptionnel « Zarathustra » (1973), le gang de Fabio Zuffanti partage le goût des structures alambiquées (le tortueux « Doppia Immagine », sur lequel la voix rocailleuse d’Alessandro Corvaglia et les innombrables synthés vintage d’Agostino Macor font merveille) et des virées instrumentales aussi fiévreuses qu’échevelées.

Décernons, à ce titre, la palme d’or de la créativité à la colossale suite « Enciclica 1168 », longue de plus de 24 minutes et découpée en neuf mouvements. Cette éblouissante pièce montée accoste, tour à tour, le long des berges accueillantes du romantisme symphonique (« Scena VI : Dopo La Pioggia », « Scena VIII : Lumen In Coelo ») ou des rivages sinueux du jazz-rock expérimental (« Scena I : Preludio », « Scena III : Delitto », « Scena VII : Sterminio »). Au final, ces Léonard De Vinci du progressif accouchent ici d’une œuvre majeure. Du très grand art !

Bertrand Pourcheron (9/10)

http://www.zuffantiprojects.com/

 

LuxAde
La Maschera Di Cera
2006
Immaginifica/Musea

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *