Kansas – The Absence Of Presence

The Absence Of Presence
Kansas
Inside Out Music
2020
Rudzik

Kansas – The Absence Of Presence

Kansas - The Absence of Presence

Kansas a presqu’un demi-siècle d’existence et n’a jamais été officiellement inactif. Pourtant, la signature chez Inside Out Music en 2015 et l’arrivée du chanteur Ronnie Platt ont conduit à la sortie de leur premier album studio depuis celle de Somewhere To Elswhere quinze ans auparavant, à savoir l’inattendu The Prelude Implicit. En effet, au gré des multiples changements de composition avec, à l’instar de Yes, de nombreux allers et retours, le groupe avait fini par surtout se consacrer à la scène, chaque concert étant une sorte de best-of des fabuleux albums du début de leur carrière. Si la scène est toujours aussi importante pour Kansas avec les récentes tournées anniversaires de Leftoverture et Point Of Know Return, ce dernier ayant accouché du live Leftoverture Live And Beyond, « seulement » quatre ans après, un nouvel album studio, The Absence Of Presence, vient nous confirmer que Kansas rejoue désormais sur les deux tableaux.
Disons-le de suite, les errances pop et chrétiennes sont fort heureusement rangées au placard. Aussi, les dernières livraisons studio font preuve d’une volonté de revenir aux sources de ce qui a fait l’originalité de Kansas. Et puis n’oublions pas qu’encore aujourd’hui, Phil Ehart (batterie) et Richard Williams (guitare), membres permanents du groupe pendant toute sa carrière, sont toujours présents. Ajoutez à ça que la formule avec deux guitaristes et un violoniste, celle qui a fait la gloire de Kansas, est celle qui prévaut désormais. Alors tous les ingrédients sont-ils réunis pour que la magie opère de nouveau ? Les fans et les médias ont semblé le penser puisque The Prelude Implicit a reçu un accueil favorable, se classant honorablement dans les charts. The Absence Of Presence est clairement situé dans la même veine avec une tracklist plutôt lente, tout au long de laquelle le violon de David Ragsdale assure le trait d’union entre le passé et le présent. Les riffs de guitares sont plus agressifs et heavy que par le passé (« Throwing Mountains »), probablement du fait que Zak Rizvi, co-producteur, co-auteur et également guitariste sur cet album et le précédent, a été intégré dans le groupe. Enfin, Ronnie Platt possède un registre vocal approchant celui de Steve Walsh sans toutefois l’égaler.

Kansas - The Absence of Presence band1
Tous les ingrédients sont donc présents et pourtant, la magie n’opère que partiellement. La faute probablement au manque de grains de folie au détour d’un trop grand nombre de morceaux joués sur un rythme lent. Pourtant, on ne peut rester insensible au titre éponyme, un peu trop sage jusqu’à une partie instrumentale plus débridée comportant moult soli de guitares, violon et claviers. Puisqu’on parle d’instrumental, le surprenant « Propulsion 1 » donne un judicieux coup d’accélérateur à mi-album et aurait mérité d’être plus développé. C’est quand même « Animals On The Roof » qui remporte la palme de l’énergie avec son final blasté. Kansas n’a pas perdu le secret des ballades « droit au cœur » avec le touchant « Never » et surtout le caméléon « Memories Down The Line » dont le final très martial donne des frissons. C’est leur rendre justice eu égard aux efforts déployés que de mettre l’accent sur l’ultime et remarquable « The Song The River Sang » bâti sur une solide rythmique et dont le final déjanté de violon et de guitare apporte tardivement ce grain de folie espéré, certainement la voie à creuser pour ce groupe phénix, du moins en studio.

Kansas - The Absence of Presence band2
Je n’ai pas envie de bouder mon plaisir à écouter du nouveau matériel de la part d’un groupe dont la démarche actuelle m’apparaît bien plus honorable que celle consistant à recycler à l’infini ses tubes sur scène en ne vivant que sur l’héritage du passé. C’est pourquoi, il faut vraiment faire fi de ses a priori et avoir la volonté d’aborder sans demander la lune The Absence Of Presence et même The Prelude Implicit, car témoins d’une volonté affirmée et judicieuse de revenir à ce qui fût l’essence même de Kansas il y a près d’un demi-siècle. Il est indéniable que ces deux albums sont réussis et, sans l’égaler, font honneur au brillant passé de ce groupe.

http://www.kansasband.com/
https://www.facebook.com/KansasBand

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.