Isbjörg – Isbjörg

isbjorg

L’hiver approche. Le vent du Nord se lève et déjà, amène vers les rivages de Clair & Obscur des créations des pays du froid. C’est ainsi que les danois d’Isbjörg (à vos souhaits !) nous ont proposé de poser une oreille sur leur nouveau single In Endings.

Vous savez, le Danemark, c’est ce pays moqué par ses voisins scandinaves du fait que ses habitants ont des différences de prononciation tellement différentes que parfois, même les danois ne se comprennent pas entre eux. Donc, Isbjörg (le groupe), c’est pour moi du chinois ou du danois plutôt alors avant de m’intéresser à un single, j’ai voulu m’approprier leur premier effort à savoir l’EP éponyme de 4 titres d’où cette première chronique un peu décalée temporellement.

En effet, Isbjörg (décidément, à force d’éternuer comme ça, ils ont dû me refiler la rhino-pharyngite) a accouché sur les fonts baptismaux (écrit comme ça, ça craint un max) d’ « Isbjörg » (le CD) début 2016.
Il s’agit donc d’un jeune groupe créé au printemps 2015, mais qui a déjà de sérieuses armes dans son arsenal musical. Ils sont six dont deux guitaristes, le mur sonore est donc conséquent. L’originalité du groupe réside dans sa volonté de mettre très en avant le piano même si un groupe comme Frost l’a déjà beaucoup fait auparavant, enfin surtout sur ses deux premiers albums.

isbjorg-band

Les oppositions entre les parties très électriques et celles plus acoustiques sont récurrentes sur chaque titre. Cet album débute par le meilleur des quatre morceaux à savoir le remarquable « Disdain ».
Son intro au piano est très vite couplée à la gratte pour un riff bien musclé avant que celle-ci de se transforme en wah wah funky lorsque le chant survient. Ce titre recèle son pesant d’émotions, en particulier au chant, même si la voix de Michael Juul Hagerup n’est pas forcément très charismatique. Les petits claquements de main sur le passage instrumental au piano m’ont rappelé « Trains » de Porcupine Tree, mais la suite en est bien éloignée avec une montée en puissance impulsée par un solo de gratte gavé d’émotion. La reprise du rythme original est proprement jouissive et donne des frissons (encore ce damné frigo danois bien qu’en l’occurrence, c’est plutôt à cause du cœur qui est chauffé à blanc). La fin de ce titre est proprement bandante quoique trop abrupte et rapide après une telle progression.

« Engulfed (Selfsea)» met en avant la fibre pop rock du groupe, en particulier sur les refrains. J’ai été plus réservé sur l’emploi du piano qui, à force d’être volontairement mis en avant, fait retomber trop souvent le soufflet sur ce titre. Isbjörg nous prend par la suite à contre-pied avec « As Lies In Disguise » , un morceau fusion nu metal (refrain) et prog (quand le piano survient). Sa première partie est très agressive mais s’adoucit à partir du passage instrumental au piano dont l’apport est plus contrasté, car arrivant un peu comme un cheveu sur la soupe.

L’emploi du piano à la Frost est plus évident et bénéfique sur l’intro de « Fragile Peace ». Le chant et les chœurs deviennent prédominants. Il s’agit du titre le plus chargé en émotion de l’EP, et il le clos de fort belle manière. Le groupe a produit et mixé lui-même ce CD. Il résulte de la volonté de mettre très en avant le piano, un mix sur lequel le chant et la batterie semblent un peu en retrait par rapport à ce dernier. Les textes sont très introspectifs et amènent à réfléchir sur nos modes de pensées en particulier en relation avec les thèmes religieux.

Il y a quelques péchés de jeunesse sur Isbjörg (le CD), mais cette première galette est déjà bien alléchante et prometteuse. En tous cas, elle m’a fait passer une vingtaine de minutes bien agréables et mérite largement  que l’on y lâche un euro minimum pour se la télécharger sur Bandcamp. À suivre donc, le groupe bien sûr, mais aussi la chronique de leur single qui a motivé cette première prose de ma part.

Rudy Zotche

https://isbjorg.bandcamp.com

Isbjörg
Isbjörg
2016
Autoproduction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *