« Indomptables » : un pont de souffrance et d’amitié entre deux continents

Indomptables

Philippe Arnaud – Indomptables (Roman publié aux Editions Sarbacane 2014)

Après nous avoir ébloui, l’an dernier, avec son magnifique premier roman intitulé « La Peau D’Un Autre« , Philippe Arnaud (membre actif du label de rock progressif français Musea et ancien chroniqueur de talent dans les revues Harmonie et Musea Magazine) frappe aujourd’hui un grand coup avec « Indomptables ». Parrainée par Amnesty International, cette nouvelle œuvre de choix se penche sur deux cultures, deux pays : la France et le Cameroun (dont la femme de Philippe est originaire). D’un côté, donc, le Cameroun avec Momo et Jean-Jules. Il s’agit là de deux garçons qui grandissent dans les rires, les confidences et l’harmonie bien qu’ils soient issus de deux ethnies différentes. Mohamadou (alias Momo) est en effet un Peul et est musulman alors que Jean-Jules est un Bamiléké, une ethnie de traditions animiste christianisée.

En parallèle, amis lecteurs, vous plongerez dans le journal intime d’Olivia, jeune française en grande souffrance. Pendant que Momo et Jean-Jules grandissent dans la joie, Olivia grandit dans la haine du monde occidental qui l’entoure et l’étouffe. Pour exorciser son mal de vivre lancinant, elle écrit et chante ses textes. « Indomptables » est le récit, écrit d’une plume alerte et pleine d’empathie, du chemin de vie qui les a conduits à se retrouver un jour tous les trois et à nouer une amitié indéfectible. Philippe Arnaud aborde, à travers ce magnifique ouvrage, différents thèmes qui viennent jalonner la vie de ces préadolescents : le SIDA, la prostitution et surtout l’immigration avec ses passeurs totalement dénués de scrupule. Autant de thèmes choc que l’on préférerait voir confinés dans la fiction mais qui pourrissent hélas le quotidien.

Il est ma foi bien ardu de décrire ce que vous pourrez ressentir à la lecture de « Indomptables ». Ce roman évoque une grande claque qui vous met à terre, les larmes aux yeux. Mais le force de l’entraide et de l’amitié y est d’une beauté indicible et vous fera rapidement vous relever. Ce livre restera très longtemps avec moi et cela tombe bien car Philippe Arnaud nous explique qu’au Cameroun, quand on quitte quelqu’un, la phrase d’adieu consacrée est « On Est Ensemble« . Alors oui, « Indomptables » et moi, on est ensemble !

Bertrand Pourcheron

http://editions-sarbacane.com/

 

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *