Hommage à Walter Becker (1950-2017)

Walter Becker

Steely Dan perd un de ses deux géniteurs

Steely Dan, j’ai grandi avec eux quand je me suis mis à ouvrir grand mes oreilles au monde fabuleux de la musique. J’avais de la chance, la médiathèque dans laquelle je piochais un peu au hasard les CDs, possédait un grand nombre de leurs albums. Comme mes choix étaient souvent portés par l’esthétique des pochettes, ça a forcément commencé avec The Royal Scam. Et là, un rythme, une mélodie, une voix de crooner, un monde raffiné me saisit. Il faut dire qu’à l’époque j’étais en plein émoi devant la scène metal extrême qui offrait ses plus grandes œuvres. Mais cela faisait partie de la devise que j’avais adoptée en matière de musique : peu importe l’étiquette, il faut qu’il s’y passe quelque chose. Mais revenons à nos Dan. L’écoute de The Royal Scam ayant satisfait ma curiosité, je voulus tout naturellement en connaître plus de ce groupe. S’ensuivirent alors les écoutes religieuses de Pretzel Logic, Gaucho, Countdown To Ecstasy, du chef-d’œuvre Aja et de tous les autres. En me penchant sur les livrets, je voyais que le line-up bougeait, mais que deux noms revenaient à chaque fois : Donald Fagen, la voix de crooner où se mêlent de façon unique amertume et entrain, et Walter Becker, le guitariste, qui semblait aussi être son partenaire d’écriture. En fait, Steely Dan, c’était un duo qui s’entourait de musiciens hors pair (souvent issus du monde du jazz électrifié de l’époque, et parmi lesquels le futur co-fondateur de Toto, Jeff Porcaro, faisait là quelques-unes de ses premières sessions). Si je vous parle donc beaucoup de Steely Dan, c’est parce qu’il a perdu un des deux cerveaux qui lui donnaient vie, Walter Becker. En effet, celui-ci s’est éteint à l’âge de 67 ans ce dimanche 3 septembre. Avec son partenaire de jeu, Donald Fagen, ils ont su créer un univers d’une grande richesse musicale (écoutez la diversité de styles que propose Pretzel Logic, précédant par là l’éclectisme du A Night At The Opera de Queen) et d’une grande élégance. On dit souvent de Bryan Ferry qu’il est le dandy de la pop, mais Donald Fagen n’est pas en reste, l’élégance provenant chez lui davantage de sa voix et de l’atmosphère des compositions écrites en partenariat avec Walter Becker, que de son allure. Tout comme Richards & Jagger, Hunter & Garcia, le couple Walter & Fagen constituait la base de l’édifice Steely Dan. Avec un style qui s’apparentait au Southern rock, Walter ne faisait pas montre de sa technique, mais s’en servait pour pimenter la musique haute en couleurs de Steely Dan. Avec lui, s’en va une partie de Steely Dan, même si Donald Fagen continue à en perpétuer l’esprit avec ses albums solo.

Lucas Biela

http://www.walterbecker.com/

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *