Gone Is Gone – Violescent

Gone Is Gone Violescent

Je suis très méfiant envers les « Super » groupes formés de membres de formations célèbres, souvent à l’initiative d’éditeurs empressés de se faire de l’argent facile avec des « noms » ! Le résultat tout comme la motivation n’est que rarement au rendez-vous. Pourtant, la curiosité étant un vilain défaut que j’assume totalement, j’ai eu envie de m’intéresser à Gone Is Gone et leur premier effort Violescent. Bien évidemment, sa composition alléchante n’y est pas étrangère malgré ce préambule méfiant. A l’affiche : Mastodon (Troy Sanders, bassiste), At The Drive In (Tony Hajjar, batteur), Queens Of The Stone Age (Troy Van Leeuwen, guitariste) et l’éclectique producteur de film et de jeux video Mike Zarin ont tenté d’associer leurs talents. Tout d’abord, Troy et Mike ont déjà travaillé ensemble en 2007 au sein de Sweethead’s, un groupe d’Alternative Rock. D’autre part, Gone Is Gone annonce déjà des dates pour une tournée alors que seuls 2 singles sont sortis. Autant de signes qui semblent montrer qu’il ne s’agit pas là d’une démarche opportuniste.

Quel genre de zike allait nous pondre cette fusion Metal/Post Hardcore/Stoner/Movies ? A la sortie du creuset, on obtient un CD de Rock expérimental dans lequel les influences Stoner prédominent. Il faut dire que la voix rocailleuse de Troy Sanders est taillée pour ça. On s’immerge même directement dans une ambiance pleinement Stoner avec « Violescent », le 1er titre éponyme dont la lourde rythmique repose essentiellement sur les slides graisseux de Troy Van Leuwen. On se dit que le côté expérimental affiché, c’est pour appâter le client.

gone is gone

Oui mais voilà, le changement d’ambiance est total avec « Starlight », le second single de cette galette. C’est une ballade construite sur une base de synthés avec un chant psyché (la voix de Sanders est méconnaissable) renforcé par une gratte lancinante. Voilà qui devient beaucoup plus intéressant, même pour un mec comme moi qui ne kiffe pas particulièrement les ballades. La suite de l’album navigue sans cesse entre ces 2 types d’ambiance, mais avec des chorus plutôt à dominance Stoner .

Des OVNI figurent dans la tracklist. Il s’agit des très cosmiques et planants « Character » et « Recede And Enter », limite instrumentaux si l’on excepte le phrasé sous-mixé volontairement. Les titres s’enchaînent, tous très différents sans que l’album ne semble être un patchwork. Réellement, ces mecs se sont bien torturé l’esprit pour nous pondre des compos variées où la facilité n’est pas de mise. Par contre, n’y cherchez pas de cascades d’arpèges guitaristiques, car tout ici repose sur les riffs de 6 cordes et les nappes de claviers intersidérales. La production est excellente car lorsque le propos se durcit, les effets electro en arrière-plan ne sont jamais noyés.

Le dernier titre « This Chapter » est particulièrement bien foutu, car il reprend bien tous les ingrédients employés sur l’album en y introduisant une bonne dose de majesté et d’émotion. La montée en puissance de ce morceau pachydermique devient stratosphérique dans son final.

Ça fait plaisir d’avoir entre les pattes un vrai travail de Super groupe où l’on sent que chacun a essayé de proposer quelque chose d’innovant avec une prise de risques permanente, au lieu d’être un vague patchwork d’idées assemblées vite fait sur le gaz, comme trop souvent.

Rudy Zotche

http://goneisgoneofficial.com/

Violescent
Gone Is Gone
2016
Black Dune Records

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *