Gerard – Ring Of Eternity

Gerard – Ring Of Eternity

Voilà huit ans déjà qu’un nouvel album des japonais de Gerard n’avait pas atterri en France, depuis l’excellente cuvée 2004 intitulée « Power Of Infinity ». Aficionados de la bande à Toshio Egawa et de ses exubérances claviéristiques, vous pouvez d’ores et déjà vous frotter les mains de bonheur, car grâce à la maison Musea, l’actualité du groupe va être chaude bouillante en cette fin d’année. En effet, ce n’est pas un, ni deux, mais la bagatelle de trois nouveaux albums de la célèbre formation nippone qui vont être édités et distribués par le label lorrain d’ici la fin décembre 2012 ! Le premier a atterrir dans nos bacs sera le présent CD chroniqué, rien d’autre que le dernier opus en date du quatuor, déjà disponible au Japon depuis 2010. Suivront dans la foulée « Visionary Dream », une compilation de vieux titres du répertoire réenregistrés avec le line-up actuel, et, enfin, « Keyboards Triangle II » qui, comme le premier volume du nom, comprendra quelques reprises de grands classiques du rock progressif, avec au programme ELP, UK et King Crimson, mais sans la participation cette fois-ci des compatriotes féminines et glamours d’Ars Nova, laissant les musiciens de Gerard seuls aux commandes du projet.

« Ring Of Eternity » voit le retour d’un Gerard en très grande forme sur tous les plans, avec une production moderne et pêchue, un nouveau batteur en la personne de Kenichi Fujimoto (remplaçant de Masuhiro Goto, parti rejoindre les rangs d’Ars Nova en 2004) et l’arrivée de Yasuo Sasai, ici chanteur à temps complet, ou presque. Ce nouvel album contient 7 titres dont deux epics dépassant de peu la barre des 10 minutes, avec pour seul instrumental le morceau éponyme et introductif, qui après son ouverture planante façon Ayreon, sonnerait presque comme une composition endiablée de la belle Keiko Kumagai, période « The Goddess Of Darkness » (puissance de l’orgue hammond dévastatrice en tête).

Yasuo Sasai fait son entrée sur « Night Before The Revolution », la voix déformée par un immonde vocoder digne des pires et inutiles applications musicales de smartphones (3 secondes seulement, ouf !). Le chant est en anglais, un choix qui se confirmera sur l’ensemble de l’album, assuré par un vocaliste infiniment meilleur que la canadien Robbin G.Suchy, qui officiait à petite dose sur « Pandora’s Box » et massacrait « The Pendulum », comptant malgré tout parmi les meilleures réalisations de Gerard. Le chant de Sasai est également plus râblé et nuancé que celui d’Alex Burnoni, dernier interprète à avoir foulé l’univers de Gerard, en invité sur le très fréquentable « Power Of Infinity » paru en 2004.  Sa faculté à pousser dans les aïgues, à s’y hisser très haut et en suspend, fait irrémédiablement penser à Ian Gillan de Deep Purple et à ses nombreux suiveurs. Seuls les vibratos, dont le chanteur use et abuse parfois, pourront en agacer certains sur la durée.

Musicalement, on restera à nouveau pantois devant la maîtrise technique du groupe, qu’il s’agisse de l’extravagante section rythmique avec un Atsushi Hasegawa (basse) à la dextérité plus émérite que jamais, ou la profusion de claviers volubiles signée du leader historique Toshio Egawa, qui renouvelle ici sa panoplie où hammond et minimoog prédominent, avec d’autres sonorités qu’on peut entendre également chez d’autres keyboards heroes tels que Jordan Ruddess (Dream Theater) ou Erik Norlander (Ayreon, Rocket Scientists, Lana Lane). Aussi, la mélodie est  loin d’être le parent pauvre de « Ring Of Eternity », le groupe s’offrant même quelques petites incursions bienvenues dans un registre proche de l’AOR, à commencer sur « Justice And Faith » et son refrain imparable, boosté par l’habituel dévergondage instrumental des japonais. L’album se conclue même sur une fort jolie ballade aérienne, « Love Save The World », qui déploie toutes ses saveurs en crescendo, avec des nappes majestueuses dont les suites d’accords me rappellent les plus belles envolées de notre Taï Phong national à son apogée, dans les glorieuses seventies.

Voilà donc au final un excellent disque de Gerard à ne manquer sous aucun prétexte, que vous soyez fan de longue date ou non. Car dans tous les cas, vous découvrirez un groupe de rock progressif plus éclectique que jamais, enrichissant sa marque de fabrique habituelle, symphonique et sévèrement délurée (dans les deux sens du terme), d’influences fort bienvenues empruntées aux genres heavy mélodique et prog-metal-fusion façon Liquid Tension Experiment, les effluves jazzy en moins. Car Gerard reste avant tout un groupe de rock, tortueux, particulièrement énergique, et quel grand groupe ! Il signe avec « Ring Of Eternity » l’un de ses tous meilleurs albums, ni plus, ni moins, fou furieux comme on l’aime, mais pas éreintant pour un sous sur la durée, comme cela pouvait être le cas chez certains de ses prédécesseurs. En bref, foncez  !

Philippe Vallin (8/10)

http://sound.jp/gerard/

Ring Of Eternity
Gerard
2012
Musea

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *