Gabriel Yacoub – Quatre

Gyacoub

Leader charismatique du légendaire groupe Malicorne durant les ‘golden seventies’ (rappelez vous donc du fabuleux titre « L’écolier Assassin », extrait de l’album « Almanach » en 1976), Gabriel Yacoub est un folkeux dont la renommée a toujours largement dépassé les frontières étroites de l’hexagone. Signé chez Boucherie Production, label des garçons bouchers (!!!), Yacoub a de tout temps été un éclectique et un universel. Sur son quatrième album solo, l’archange Yacoub était entouré des musiciens de BaG (excellent groupe signé chez Musea, auteur d’un unique CD instrumental, le splendide « Soudain L’Elephant »). Héritier de la grande chanson française, celle dont les racines plongeaient dans les chants des trouvères, puis dans le XVIème siècle de Guillaume de Machau, le père Yacoub mélangeait avec maestria cet héritage avec les influences ethniques des musiques du monde. Le voilà donc qui mariait ici plus que jamais synthés, percussions, bombarde, vieille à roue et tutti quanti, et qui offrait en épousailles le Poitou à l’Orient (« Tant Pis Que l’Exil », « Le Plus Rapide Des Oiseaux »). Créant un langage sobre et émouvant qui empruntait à l’ancien français son élégance et sa simplicité (« Les Blés Sur L’eau », « Les Bannières Qui Claquent »), Gabriel Yacoub exprimait sur ce magnum opus des thèmes intemporels : la complainte de l’exilé, la vie qui passe, l’identité perdue… Au final, on tenait donc là une authentique musique populaire, tout à la fois sincère et sophistiquée. Total respect !

Bertrand Pourcheron (8,5/10)

http://www.gabrielyacoub.com/

Quatre
Gabriel Yacoub
1996
Boucherie Production

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *