Freedom To Glide – Rain

Freedom To Glide – Rain

Formée par les multi-instrumentistes Pete Riley et Andy Nixon, anciens mentors de Dark Side Of The Wall, l’un des innombrables tribute band de Pink Floyd, la formation Freedom To Glide s’est révélée au public en 2012 à l’occasion de la parution d’un agréable premier EP intitulé « The Wait ». Au-delà d’indéniables qualités mélodiques, ce galop d’essai discographique pêchait par une évidente conventionalité structurelle pour un groupe se revendiquant du courant progressif, avec des compositions trop souvent calibrées au sempiternel format couplet/refrain. Freedom To Glide s’est, depuis lors, transformé en un combo majeur de sa catégorie, plus sûr de son art et de son fait. Mis en confiance par les encouragements prodigués sans relâche par un public (et des critiques) en soif d’émotions fortes et authentiques, la jeune chenille timorée devenue papillon épanoui a, de toute évidence, pris enfin pleinement conscience de ses réelles capacités artistiques. Et cela lui a permis de balayer les dernières inhibitions formelles qui entravaient jusqu’alors l’épanouissement total de sa créativité. « Rain », opus long format du gang britannique, atteint ainsi un degré de professionnalisme et de finition réellement remarquable, avec à la clef une musique constamment inspirée (à défaut de côtoyer le génie) et servie par une production étincelante.

Cette œuvre conceptuelle fleuve emprunte souvent à la musique de Pink Floyd mais sans jamais clairement « pomper » son illustre modèle (notamment sur la longue suite « Rain », subdivisée en quatre parties) et délivre pas moins de quinze titres rivalisant de lyrisme et de beauté harmonique. Les musiciens n’ont pas leur pareil pour dessiner des thèmes brumeux et romantiques, avec des guitares peu avares en soli électriques et arpèges acoustiques, et un piano très présent. Par ailleurs, le combo excelle dans l’art de créer de jolis paysages sonores, à grand renfort de synthétiseurs atmosphériques et de bruitages divers (flûtes celtiques, samples de voix et chœurs célestes, sons naturels, etc.). Et, cerise sur le gâteau, le chant est excellent, savamment dosé, toujours posé, et donc parfaitement adapté à la tonalité du propos musical.

A travers ce très fréquentable « Freedom To Glide », le duo tisse des atmosphères captivantes, à défaut d’être pleinement originales. Par ailleurs, il concilie une recherche permanente de la perfection sonore (transitions remarquables, arrangements saisissants de limpidité avec, en particulier, des parties rythmiques calculées au millimètre) avec une vigueur rafraîchissante et une émotion à fleur de notes (les époustouflants soli de guitare gilmouriens ciselés avec une maestria insolente, les nappes de claviers dignes de feu Rick Wright).

Plus anticonformistes que les suisses de Cosmos ou les canadiens d’Innerspace, aussi inspirés et professionnels que les allemands d’RPWL (on pense souvent au magnifique « Elysium Fields » des regrettés sud-africains de Tale), nos deux compères de Freedom To Glide nous offrent, avec « Rain », un disque sincère, abouti, et finalement très personnel. On jettera donc une oreille plus qu’attentive sur un éventuel prochain opus !

Bertrand Pourcheron & Philippe Vallin (7,5/10)

http://www.freedomtoglide.com/

 

Rain
Freedom To Glide
2013
Autoproduction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *