Flying colors – Flying Colors

Flying colors – Flying Colors

Flying colors, c’est la réunion (éphémère ?) de cinq talentueuses personnalités musicales, toutes issues de la galaxie rock, dans la plus pure tradition des « super-groupes » qui fleurissaient déjà à l’aube des années 70. Ces fameux « all-stars bands » reviendront à la mode dans les nineties au sein du courant progressif avec, entres autres, quelques formations marquantes telles que Liquid Tension Experiment, Explorers Club et surtout l’archetypal Transatlantic, avec les notoriétés ultra-prolifiques que sont Neal Morse (ex-Spock’s Beard) et Mike Portnoy (ex-Dream Theater). A contrario d’un Transatlantic au sein duquel officiaient déjà avec brio nos deux compères décidément inséparables, Flying colors est quant à lui une production 100 % américaine, puisque le reste de l’équipe est composée de l’éclectique et virtuose Steve Morse à la guitare (Dixie Dregs, Deep Purple), de Dave LaRue à la basse (Dixie Dregs, Steve Morse Band), et de Casey McPherson, chanteur et frontman du groupe rock alternatif Alpha Rev, ici également au poste de second guitariste et clavier. Neuf jours seulement auront suffit à ce casting de luxe pour composer et enregistrer le matériel de ce très attendu Flying Colors, au sein duquel le célèbre batteur Mike Portnoy assure comme à son habitude quelques parties de chants, avec un Neal Morse lui aussi très présent, que ce soit au chant, au piano ou derrière son habituelle panoplie de claviers.

Alors, qu’en est-il de la musique produite par nos cinq notoriétés ? Dès la première écoute, on navigue en terrain connu, celui du rock symphonique mélodique, lyrique et impeccablement produit cher à Mike Portnoy (ici très sobre, contrairement aux excès souvent démonstratifs qui ont assis sa réputation) et Neal Morse, incontestables spécialistes en la matière. « Infinite Fire », le dernier morceau de l’abum et aussi le plus « progressif » de par sa structure et sa durée (12 minutes), aurait pu à ce titre dignement figurer sur un album solo de Neal Morse, ses bondieuseries mises à part (personnellement, je ne m’en plaindrai pas !). A l’image de ce pourtant jouissif « Infinite Fire », on a finalement du mal à saisir l’alchimie créative des musiciens et en conséquence l’identité et la singularité de Flying Colors, tant les influences et la patte de chacun sont ici terriblement palpables. Impossible en effet de ne pas penser pour le meilleur à Spock’s Beard (énormément), Transatlantic (beaucoup) ou au Steve Morse Band (pas mal aussi) à l’écoute de ce cocktail rock teinté d’influences pop, prog, heavy ou encore jazz fusion. Pour le moins bon, ce sont les citations de Muse qui agacent le plus (la faute à Mike Portnoy, obsédé par le succès du combo anglais ?), en particulier sur « All Falls Downs », qui reste une pâle copie de son modèle.

Parmi les grande réussites, l’album s’ouvre en fanfare avec « Blue Ocean » et son refrain imparrable qui vous trottera dans la tête dès le premier contact. Avec la technique irréprochable des musiciens et la qualité omniprésente du chant (très habilement partagé, c’est vraiment agréable à l’écoute !), ce sont sont en effet les mélodies qui resteront le grand point fort de cet album certes on ne peut plus maitrisé, mais en manque cruel d’originalité. Chacune des ballades font mouche, comme les typiquements ricains « Fool My Heart » ou « Better Than Walking Away », en passant par « Everything changes » et ses couleurs empruntées aux Beatles, influence qu’on retrouve également de manière frappante sur le délicieux « Love Is What I’m Waiting For ». En bref, si on était en droit d’attendre une création plus personnelle d’une telle réunion de talents, Flying Colors premier du nom (on espère quand même un prolongement à l’aventure !) n’en est pas moins une très sympathique réussite, ne serait-ce que par le plaisir qu’on prend à l’écouter, avec l’envie d’y revenir souvent. S’il fallait un seul mot pour le caractériser, ce serait tout simplement : fun !

Philippe Vallin (7,5/10)

 http://flyingcolorsmusic.com/

 

Flying Colors
Flying colors
2012
Music Theories Recordings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *