Fallujah – The Flesh Prevails

Fallujah – The Flesh Prevails

Je ne sais même pas comment je me retrouve à écrire quelque chose sur Fallujah. À croire qu’il fallait que j’essaye, teste, éprouve absolument le deathcore, parce que le deathcore c’est éprouvant. Et pourtant, qu’est-ce que je ne supporte pas ce style de death-metal pour djeuns aux pantalons moule-burnes ! Y’a tout ce que j’aime mais en mauvais, même le ridicule. Je ne vais pas me lancer dans un exposé, mais je vous le jure que ça vaudrait son godet. En même temps si j’en parle, c’est parce que les amerloques m’ont interpelé quelque-part, sinon j’en piperais pas deux mots dans une simple chronique. Donc ouais, Fallujah, c’est du death technique avec une touche de black et ce putain de core, mais alors technique en veux-tu en voilà mon salaud. Bon, en même temps, musicalement parlant, ça ne veut plus dire grand-chose cette « technique » qui pullule dans tous les descriptifs sur le web, trop souvent avec le suffixe « prog » (atchoum !). Sérieusement, si tu joues d’un instrument, t’as obligatoirement une technique. Même naze, cela reste une technique. Mais bon, ça fait cool, trop sérieux même, d’apposer le terme « technique » un peu partout. La vache, si quelqu’un pensait à faire un diagramme démographique des groupes de « death technique » au kilomètre carré, on aurait une sacrée surprise pour le CNRS !

Fallujah live

Bizarrement, j’avais suivi la sortie de ce deuxième album. Pourquoi ? Grosse technique (et voilà, même le Jéjé s’y met !), blasts bien véloces, et puis ce p’tit côté black qui tape l’incruste et qui, le temps du trajet boulot-dodo, te nique copieusement mais amoureusement les tympans. Rajoutez une bonne pochette « cosmic-photoshop » qui colle avec les solos « heavy kitschos » et, n’en jetez plus, le compte y est, t’as la banane ! Oui, effectivement, j’appréhendais « The Flesh Prevails » avec curiosité. Ceci-dit, c’est bien ce à quoi je j’attendais à l’arrivée : gros riffs, batteur de ouf (Andrew Baird, gnih…), quelques synthés bien niais, GROSSE voix, la bonne avenue vers le panard neu-neu inoffensif. Sauf que là, une impression submerge les sens. Putain, mais c’est quoi cette compression !? Tout parait si lisse. « Moi robot, moi te dire faire death metal technique. Toi comprendre ? ». C’est tellement calculé et tellement mécanisé qu’on en perd l’aspect organique distordu. Mais merde, c’est justement cet aspect distordu qui fait tout le charme de cette musique, ce côté humain, imparfait.

Là, l’humain, celui qui joue, je ne le vois pas, je ne le ressens nulle-part. Et ce n’est pas parce que je te mets des mélodies façon « Top Gun » que la pilule passe. Aussi, je ne parle même pas de cet interlude émotionnellement dégoulinant, proprement dégueulasse et horripilant, qui me fait croire que je suis tombé au beau milieu d’une comédie romantique pour metalcore. La ligne est franchie mes mignons, là je ne peux rien faire de plus à part la gueule. Et puis c’est quoi cette mode de l’album compressé « gnia-gnia » bien carré ? Le temps d’écrire ces lignes, j’en ai déjà oublié tous les titres. La brutalité, le viscéral propre à ce genre de pièce passe à la trappe, comme quand on mâchouille un caramel qui colle aux dents. Je n’ai pas le salé ni le sucré : il ne reste qu’un goût neutre, fadasse, en bref, une pure désillusion.

Franchement, je ne vais pas m’étendre plus là-dessus (c’est déjà assez long comme ça hein ?), ce disque loupe le coche, flingué par une production impersonnelle et chiantissime au possible. La pochette colle bien avec le truc vous me direz : l’ange, la pureté, la droiture qui enlève le putride, le chaos et l’obscur… On ne pouvait pas mieux faire, et là pour le coup c’est réussi. Encore un peu et je dirais que ce machin est réac, non mais, sérieux ! C’est un peu comme enlever le gras de votre escalope, ça n’a aucun sens. En gros, et pour finir (ouf !), Fallujah, je pouvais kiffer, mais à l’arrivée je soupire instinctivement en le rangeant dans mon dossier MP3.

Jérémy Urbain (4/10)

https://www.facebook.com/fallujahofficial

The Flesh Prevails
Fallujah
2014
Unique Leader Records

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *