Delain – The Human Contradiction

Delain

Créé en 2005 par Martijn Westerholt, l’ex-claviériste de Within Temptation (soulignons, à ce sujet, que Delain assurera la première partie de la bande à Sharon Den Adel sur l’ensemble de sa tournée européenne en avril), ce combo batave de choix a sorti, à ce jour, quatre albums fort bien léchés, depuis « Lucidity » (2006) jusqu’au « The Human Contradiction » qui nous intéresse, en passant par « April Rain » (2009) et « We Are The Others » (2012). Avec son nouvel opus, le gang batave (dont le line-up actuel se compose de Charlotte Wessels au chant, de Timo Somers à la six-cordes, d’Otto Schimmelpenninck Van Den Oije à la basse, de Sander Zoer à la batterie et donc du pilier Martijn Westerholt aux synthés) a délaissé en partie ses premières amours oniriques en durcissant notablement le son et le ton de sa musique. Résultat des courses : la formation vient de pondre une petite bombe de metal à la fois agressif et mélodique. Survolée par le chant éolien de la belle Charlotte, cette nouvelle offrande digitale a bénéficié d’une production magistrale signée Arno Krabman (qui a également bossé sur le « Hydra » de qui vous savez). Les neuf compositions qui en constituent l’ossature atteignent ainsi une alchimie quasi parfaite entre orchestrations symphoniques raffinées (l’émouvant « Sing To Me ») et sections metal directement surgies des forges de Vulcain (le dévastateur titre d’ouverture « Here Comes The Vulture »). Portés par un concept sombre à souhait qui s’interroge avec désespoir (lucidité ?) sur la thématique des rapports humains et de l’incommunicabilité, les morceaux du groupe bénéficient de la présence d’invités de marque. Citons ainsi le growler George Oosthoek sur le furieux « Tell Me, Mechanist », Marco Hietala de Nightwish, qui envoie la purée sur le carton « Your Body Is A Battleground », et la divine Alissa White-Glutz dont le timbre superbe fait littéralement décoller la nostalgique conclusion « The Tragedy Of The Commons ». En musclant notablement ses chansons, sans perdre pour autant son sens mélodique inné, Delain réussit haut la main son pari du changement dans la continuité. Une bien belle réussite, je crois que c’est clair !

Bertrand Pourcheron (8/10)

http://www.delain.nl/

The Human Contradiction
Delain
2014
Napalm Records

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *