David Sylvian & Robert Fripp – Damage

David Sylvian & Robert Fripp – Damage

« Damage », c’est tout d’abord un album live paru en 1994 en luxueuse édition « Gold » et limitée. Cet enregistrement, vite épuisé, a été réédité en 2001 pour le plus grand bonheur des fans qui avaient raté le coche. Si l’esthétique de ce nouveau disque est nettement moins soignée que celle du modèle original, la musique, et c’est bien là l’essentiel, a quant à elle subi un étonnant lifting sonore, bénéficiant d’un mixage de bien meilleure qualité. Cette nouvelle version a également l’avantage de respecter l’ordre des les morceaux tels qu’ils ont été joués en concert, ce qui rend l’ensemble plus cohérent.Au menu, hormis la quasi intégralité de « The First day », l’album studio d’origine dont ce live est le prolongement logique, on notera la présence de quatre titres issus de « Gone to Earth », chef d’oeuvre absolu de Sylvian paru en 1986, sur lequel Robert Fripp était déjà crédité aux guitares. Ces derniers sont ici complètement revisités, avec un son plus froid, presque métallique, sans toutefois que cela en altère l’impact émotionnel. On trouvera également une très belle version de la ballade « Every color you are » extraite de « Rain Tree Crow », projet musical éclectique unique en son genre, réunissant tous les ex-Japan (David Sylvian, Richard Barbieri, Steve Jansen et Mick Karn). Cette œuvre de pop sophistiquée, malheureusement boudée par les médias lors de sa parution, restera cependant dans les annales. L’album est brillant, d’une incroyable modernité et inventivité, précurseur aussi quelque-part. On est en effet à des années lumières de la New wave fadasse qui à popularisé Japan au tout début des années 80.

Mais revenons au disque qui nous intéresse. Une magnifique version de « The First day » conclue le set avec grâce et sérénité, à l’image de l’émouvant « Damage » que Robert Fripp dédiera alors à sa mère récemment décédée. « Damage », l’album,  est à mes yeux un parfait compromis entre pop-songs planantes et puissance Crimsonienne, entre violence et fragilité. Et pour cause, Fripp et Sylvian étaient accompagnés en 1994 sur la tournée (et sur l’album studio) par Trey Gunn au Chapman stick et Pat Mastelotto à la batterie. Le line-up ne comporte en effet pas moins que la totalité de l’effectif du King Crimson dans son actuelle mouture, Adrian Belew mis à part. Citons également la présence de Michael Brook aux guitares additionnelles, ce dernier assurant tout seul à l’époque les 1ères parties de ses 2 acolytes (pour avoir un bel aperçu de son travail instrumental, je vous recommande son excellent « Live at the Aquarium » paru chez 4AD). On est cependant avec « Damage » très loin d’un nouvel ersatz du Roi cramoisi. La rencontre de David Sylvian et de Robert Fripp a engendré une musique unique en son genre, même si le son, musiciens obligent, évoque parfois celui de « Thrak » paru courant 1994, peu de temps après la collaboration de nos deux génies conceptuels.

Pour conclure, on regrettera l’absence de titre bonus dans cette réédition, ce qui constituerait pourtant l’argument d’achat décisif pour le fan déjà en possession du précieux enregistrement d’origine. Ici, un titre en remplace un autre : le répétitif, fleuve et furieux « Darshan » fait place à un « Jean the Birdman » sympathique mais quelque peu dispensable. Il y aurait largement eu matière à la réalisation d’un double album, en témoignent les quelques enregistrements pirates de très bonne qualité parus à l’issue de la tournée. Voilà quand même une bien belle occasion offerte aux retardataires de faire l’acquisition de cette œuvre rare et sublime, fruit de la précieuse collaboration entre deux musiciens géniaux (on ne le dira jamais assez !). Indispensable.

Philippe Vallin (9/10)

 

Damage
David Sylvian & Robert Fripp
2001
Virgin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *