Chrysamande – Don’t Wake Me Up

Chrysamande

Chrysamande, baptisé dans un premier temps Head & Lines (avec formule simple guitare et voix), est un duo electro-pop fondé en 1998 dans la belle région tourangelle, quand le compositeur et multi-instrumentiste Chrys fait la rencontre de la jeune musicienne et vocaliste Amandine. Le premier, bercé par la mouvance new-wave des années 80, a déjà pas mal roulé sa bosse dans diverses petites formations, avec en filigrane un répertoire incluant beaucoup de covers des Cure, l’une des références majeures du guitariste touche-à-tout. La seconde a étudié la musique et le chant au conservatoire, dont elle sortira avec une certaine maîtrise de la flûte traversière, instrument qu’elle ne mettra que trop peu au profit du projet Chrysamande. Le duo trouve son identité sous ce même patronyme en 2003, après que Chrys se soit sérieusement penché sur la lutherie électronique, celle-là même qui deviendra l’une des principales composantes de leur esthétique sonore résolument ancrée dans les années 80. Un premier album intitulé « Dream » voit le jour en 2004, avec des textes en anglais signés Amandine, et une bien jolie ballade electro-pop aussi groovy que planante (« Deep White World ») pour ouvrir le bal. Il faudra attendre fin 2013 pour que ce coup d’essai prometteur soit réitéré avec un nouvel opus publié chez Synthetic Association, celui qui nous intéresse ici.

« Don’t Wake Me Up » s’inscrit dans la droite lignée de son prédécesseur, avec une large prédominance de l’électronique (boîtes à rythmes, séquenceurs, synthétiseurs) pour orchestrer les dix plages qui composent l’album. On sent toujours la volonté du duo d’instaurer un climat à la fois poétique, mélancolique et angélique à travers chacune de ses nouvelles compositions pop-électro très fortement marquées encore une fois par le son new-wave des eighties (entre les pulsations sensuelles du Depeche Mode de l’âge d’or et les claviers clinquants du Jean-Michel Jarre post-70’s) et agrémentées ici et là par le son du violoncelle et de la flûte (le bien nommé « Welcome To Our World »), une guitare rythmique façon U2 (l’enjoué « Don’t Wake Me Up ») ou quelques lignes mélodiques jouées au piano (le langoureux « Deep In The Ocean »).

Tous les morceaux sont chantés par Chrys, à l’exception du fantomatique et austère « Blood », hommage plus qu’évident au Depeche Mode de « Black Celebration », avec un Chrys qui parodie tout autant la voix sombre de Dave Gahan, que celle, plus feutrée et moins ténébreuse, de son génial acolyte Martin Gore. Le clin d’œil est réussi, s’intégrant parfaitement dans le contexte aux accents cold-wave et onirique de ce « Don’t Wake Me Up », un disque qui aurait pu s’affirmer comme une belle réussite s’il ne souffrait pas des écueils que nous allons maintenant détailler. Tout d’abord, la production manque singulièrement de dynamique, de précision et de relief, ce qui ne met pas suffisamment en valeur la richesse musicale et mélodique du travail accompli. Certains instruments sont ici clairement sous-mixés, et c’est bien dommage.

D’autre part, les mélodies se succèdent et se ressemblent un peu trop d’autant que le chant d’Amandine reste souvent ancré dans des tonalités et registres d’expression similaires, ce qui renforce cet aspect « monocorde » un peu lassant sur la longueur. La chanteuse possède indéniablement une très jolie texture de voix, mais elle manque malheureusement de puissance, de nuance, et parfois même de maîtrise, ce qui dessert son propos. Il n’empêche que le duo n’est pas en déficit de potentiel, qu’il possède un univers bien à lui (qualité assez rare pour ne pas être soulignée) et une formule originale qui ne demande qu’à s’affirmer et à s’étoffer encore un peu plus.

Avec davantage de maturation et de moyens pour mettre ses idées en forme et en valeur, je ne doute pas qu’il saura nous séduire pleinement à l’occasion de son hypothétique troisième opus. A suivre donc…

Philippe Vallin (6/10)

http://chrysamande.wordpress.com/
https://soundcloud.com/chrysamande

Don't Wake Me Up
Chysamande
2013
Synthetic Association

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *