Bruce Soord with Jonas Renske – Wisdom Of Crowds

Wisdom Of Crowds
Bruce Soord with Jonas Renske
2013
Kscope

jonasrenskebrucesoordwisdomofcrowdscover

Quand le leader de Pineapple Thief, Bruce Soord, convoque le vocaliste du groupe suédois Katatonia, Jonas Renske, que se passe-t-il ? Une collaboration progressive ? Un métal atypique ? Un rock planant ? Eh bien non, rien de tout ça. L’album possède une magie originale qui repose sur une alchimie entre ces deux musiciens qui fonctionne admirablement. Bruce Soord a tout écrit tout seul (aidé quand même par Johnny Wilks), en pensant à Jonas Renske comme chanteur, et a composé des pièces de toutes beautés, à la fois simples et complexes, tranquilles et agitées, loin des stéréotypes habituels, en expérimentant sur les sons. L’album commence superbement par « Pleasure » avec sa guitare typée post-rock, avant que l’électro ne gagne le terrain. La voix de Jonas Renkse, assurée mais mélancolique, fait merveille, très à l’aise dans ce registre. L’ensemble est surprenant de richesse, passant de subtiles touches musicales au piano, à la guitare acoustique, avant un solo de guitare typique de Pineapple Thief. « Pleasure » est un sommet.

On enchaine avec « Wisdom of Crowds », formidable mid tempo à base de synthé électro, arrondi par une basse chaude, et toujours un splendide solo de guitare. « Radiostar » est plus menaçant et ressemble à un fantôme lointain d’un Depeche Mode aventureux. Le « refrain » du morceau aurait pu convenir sur « Not The Weapon But The Hand« , l’album de Steve Hogarth et Richard Barbieri ! « Frozen North » appartient aux instants en suspension de cette collaboration, avec sa guitare acoustique magnifique, avant un développement progressif étonnant. Un autre sommet. L’atmosphérique « The Light », culmine avec un super solo Gilmourien, mais ce qui étonne, c’est bien l’utilisation des sons un peu dance electro, très à la mode ces temps-ci, mais ici admirablement utilisés. Si Soord les avait poussé plus loin, il aurait pu rejoindre le club de l’électro industriel, chose que Sigur Ros a à peine effleuré sur son dernier album « Kveikur« .

Le même feeling se dégage de « Stacked Naked », où l’on pense aussi au Mick Moss d’Antimatter. Si la voix avait été trafiquée, cela aurait pu aussi être un OSI plus abordable. La mélodie de « Pretend » envoûte, et Jonas Renske se révèle vraiment comme un chanteur d’émotion, autour d’une musique fascinante. On pense aussi à un très bon Radiohead. Les parties de guitare sont excellentes et les envolées musicales prenantes. Un troisième sommet. « The Centre Of Gravity » reste calme mais intense, avec de belles parties de mellotron, avant le final « Flows Through You », morceau intéressant dans sa dernière partie assez dynamique, laissant ensuite la place à un ghost track qui clôture l’album sur une note plus calme.

Bruce Soord n’a pas cherché à épater la galerie en s’essayant à un progressif virtuose. Partant des derniers essais de Pineapple Thief (il a fallu 4 ans pour écrire cet album), il a simplement voulu aller plus loin dans un son alternatif, et a créé une œuvre originale, là où on ne l’attendait pas. En mêlant les sons électroniques, progressifs et alternatifs, « Wisdom Of Crowds », même s’il souffre de quelques longueurs, est un album qui détonne dans la production actuelle et qui mérite le détour. Vivement la suite.

Fred Natuzzi (8,5/10)

http://www.kscopemusic.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.