Blackmore’s Night – Dancer And The Moon

Blackmore’s Night – Dancer And The Moon

Depuis la sortie de « Shadow Of The Moon » en 1997, Ritchie Blackmore et Candice Night n’ont pas chômé puisque « Dancer And The Moon » est leur 9eme opus studio. Nos deux complices sont passionnés par la Renaissance et le Moyen-âge ; ainsi leur volonté est de délivrer des albums représentatifs de la musique de cette époque, avec des instruments d’époque, mais pas seulement. Ils retravaillent certains morceaux traditionnels, et y insufflent une certaine dose de modernité dans les arrangements et dans le choix des instruments. La mélodie médiévale et renaissance prédomine toutefois, et par moment, les compositions originales et souvent instrumentales de Ritchie Blackmore, sont inspirés d’airs préexistants, que ce soit dans les classiques du 15e siècle anglais ou dans le folklore Européen. Car il faut saluer le travail de recherche qu’effectuent nos deux tourtereaux. Ayant un grand succès en Allemagne et en Europe de l’Est, ils ont pu y puiser bon nombre d’airs du passé de ces pays et les révéler au grand public sur leurs albums. Les mythes et rites païens sont aussi très significatifs dans l’imagerie Blackmore’s Night, la nature étant au centre de leur univers.

Les albums se sont donc enchaînés à grande vitesse, entraînant ici où là une lassitude plus ou moins prononcée. L’excès de balade ou thème plus « romantique » ou d’autres  tirant vers la variété, tue l’effet enchanteur que peuvent avoir les airs médiévaux entraînants (ou non). Un bon dosage est nécessaire et c’est, pour ma part, ce qui fera pencher la balance entre un album réussi et un album décevant. Pour « Dancer And The Moon », malheureusement, la balance penche vers le décevant, malgré de très bons moments.

Et c’est mal parti dès le départ avec « IThink It’s Going To Rain », reprise de Randy Newman, dont le statut de star outre-Atlantique est complètement inexplicable chez nous. Le traitement variétoche, avec des claviers bas de gamme, ne sont pas rattrapés par un pourtant très bon solo de guitare. « Troïka », par contre, est une très belle mélodie Ukrainienne, avec un élégant travail acoustique. Son dynamisme explore à fond le folklore qui transpire de l’instrumentation. « The Last Leaf » démarre avec une belle ritournelle médiévale, dans laquelle le charisme de la voix de Candice Night est indéniable. Un très beau moment mélancolique très bien orchestré. « Lady In Black », de Uriah Heep, a été reprise quasiment par hasard, Ritchie Blackmore l’ayant entendu à la radio sans savoir de qui était ce morceau. Avec un traitement renaissance, le titre ne décolle pas, même si la partie instrumentale est intéressante.

« Ministrels In The Hall » résume ce pourquoi on aime Blackmore’s Night : un morceau instrumental médiéval acoustique, parfaitement exécuté, qui rappelle le meilleur de Steve Howe couplé à Steve Hackett. « Temple Of The King », écrit avec Ronnie Dio en 1976, retrouve une jeunesse à la fois moderne et renaissance, assez aérien. Sympathique, sans plus. « Dancer And The Moon » évoque le dynamisme des anciens albums du groupe, et invite à taper du pied et à danser une gigue ! Nouvel instrumental renaissance, « Galliard » calme le jeu, et donne à entendre un rythme sur lequel on aurait pu aisément danser à cette époque. « The Ashgrove » pourrait endormir vos enfants en bas âge, tant la berceuse fredonnée doucement par Candice Night est efficace. En tout cas, les adultes bailleront d’ennui.

« Somewhere Over The Sea (The Moon Is Shining) » et « The Moon Is Shining (Somewhere Over The Sea) » sont en fait les deux faces d’une même chanson, la première plus acoustique, la seconde plus dynamique, avec un démarrage électronique ! Très incongrue dans ce genre d’univers, cette deuxième version aurait pu rester dans les archives. « The Spinner’s Tale » revient à ce que Blackmore’s Night sait faire de mieux : de jolies mélodies acoustiques. En jouant la carte de l’intimiste, c’est un coup gagnant. Enfin « Carry On … Jon » est un morceau instrumental dédié à Jon Lord, décédé il y a peu. Un titre très réussi où Ritchie Blackmore laisse parler sa guitare avec maestria, sur presque 6 minutes, avec un feeling très 70’s tout du long, notamment ce solo d’orgue, dans le style du fameux claviériste disparu.

Nous revoilà donc avec un album mi-figue mi-raisin, alternant le très bon et le très moyen. En l’état, l’album est agréable à écouter, mais les compositions commencent sérieusement à se ressembler. Blackmore’s Night est en pilotage automatique. Attendons de voir s’ils se crashent ou s’ils appuient sur l’accélérateur.

Fred Natuzzi (6,5/10)

http://www.blackmoresnight.com/

Dancer And The Moon
Blackmore’s Night
2013
Frontiers Records

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *