Alain Bashung – En Amont

En Amont
Alain Bashung
Barclay
2018
Fred Natuzzi

Alain Bashung – En Amont

Alain Bashung En Amont

Qu’il est bon de réentendre la voix d’Alain Bashung ! Parti il y a déjà dix ans vers d’autres univers à explorer, il avait laissé un grand vide dans le paysage musical français. Il avait ouvert la voie à de multiples artistes (dont certains se retrouvent sur cet album posthume) qui avaient grandi avec sa musique, comme par exemple Feu ! Chatterton, Radio Elvis, Arman Méliès ou Joseph D’Anvers parmi la multitude. En Amont est donc un album qui paraît après un vide d’une décennie, et non pas juste après son départ. Respect. En Amont est un grimoire, une ultime preuve d’éternité, un curseur musical, un voyage poétique. Et beaucoup d’autres choses. Il est une entité à part entière, constitué de onze chansons totalement inédites. A l’époque, Bashung cherchait un renouveau et s’était entouré de nouveaux auteurs compositeurs. Beaucoup de chansons avaient été maquettées et enregistrées. Toutes n’ont pas vu le jour et ce sont celles que l’on retrouve ici. En Amont va au-delà de la simple collection de faces B ou d’inédits. Mises bout à bout, elles forment un ensemble cohérent, un vrai album. Pourtant, on ne peut pas ne pas se demander ce qu’Alain Bashung lui-même en aurait pensé. En effet, il n’avait pas donné le feu vert pour ces chansons. Il en avait choisi d’autres. Et cela avait donné le grand album qu’est Bleu Pétrole. Mais peut-être que choisir le top du top des chansons qu’il avait dans son chapeau était un travail d’orfèvre, qui n’enlevait rien à la qualité de celles devenues orphelines. Il flotte un sentiment indéfini au-dessus de cet album, un je-ne-sais-quoi de coupable à l’écoute de ces trésors restés cachés. Mais nous ignorons à présent l’art perdu du secret, et l’envie de partager à nouveau la poésie de Bashung est trop forte. Même si Bleu Pétrole était un monument, En Amont, forcément un cran en-dessous, ne démérite pas. Bashung y est plus vivant que jamais : l’album semble avoir été enregistré hier, sa voix est cristalline, mise en avant, et avec elle les émotions.

Commencer par « Immortels », écrit par Dominique A, était une évidence. Le morceau est fabuleux avec son rythme entraînant et ses mots bien choisis et colle magnifiquement avec l’univers de Bashung. On se demande pourquoi cette chanson n’avait pas été retenue. D’ailleurs Dominique A l’a sorti en 2009 dans son album La Musique et reste un classique de son auteur. On retrouve une autre chanson de Dominique A un peu plus loin, l’inspirée « Seul Le Chien », qui permet à Bashung de chanter d’une autre manière. C’est peut-être ceci qui a fait que ce morceau s’est retrouvé ici, et, étant totalement acoustique, se détachait trop de la couleur de Bleu Pétrole. Autre titre qui ressort de ces onzes compositions, celle écrite par Daniel Darc et Bashung, « Elle Me Dit Les Mêmes Mots ». L’ancien Taxi Girl, décédé en 2013, y fait preuve de brillance et permet à Bashung de se rapprocher d’un rock français plus « classique » mais qui correspond parfaitement à sa voix.

Alain Bashung En Amont Band 1

« Les Salines » permet à Raphaël de montrer une autre facette de Bashung avec une orchestration orientale très réussie qui rajoute un sentiment mystérieux à l’ambiance de la chanson. Raphaël a d’ailleurs refait toutes les guitares pour la sortie de l’album et signe par là-même un fabuleux moment. Joseph D’Anvers nous régale avec « Ma Peau Va Te Plaire » et cette guitare fabuleuse, totalement en phase avec l’univers Bleu Pétrole. « Un Beau Déluge », écrit par Xavier Plumas du groupe TueLoup, semble avoir l’atmosphère d’une pépite des Doors abandonnée sur le bord de la route. Fabuleux travail d’ambiance et des guitares desquelles dégouline une moite ambiance. Mickaël Furnon (de Mickey 3D) offre « Montevideo », une vignette douce et aérienne qui nous emporte. Quant à Arman Méliès, il donne à entendre peut-être la chanson la moins évidente de l’ensemble, « Les Arcanes », avec cette voix nue, ces guitares menaçantes et ses effets inquiétants. Un passage du morceau se retrouvera parmi « L’Art Perdu Du Secret » dans son album IV. Autre compo d’Arman Méliès, « Les Rêves De Vétéran » offre la part belle à l’harmonica illuminant ce blues atmosphérique dans lequel s’inscrit parfaitement la voix de Bashung. Les émotions les plus fortes, c’est Doriand qui nous les offre. D’abord avec « La Mariée Des Roseaux » où la voix de Bashung se pose en Johnny Cash, seulement habillée d’une guitare et de quelques effets par Edith Fambuena, par ailleurs réalisatrice du disque et collaboratrice de Bashung sur Fantaisie Militaire. Une beauté aérienne qui envoûte. Puis en fin d’album avec « Nos Âmes A L’Abri », autre moment suspendu, autre moment mélodique d’une grande beauté.

Alain Bashung En Amont Band 2

Et se dire que ce sera la dernière fois que l’on entendra cette voix. Pas d’autre album posthume ne sortira. Et En Amont de devenir un écho, une pulsation envoyée par une étoile pas si lointaine et qui aura mis dix ans à nous parvenir. Une étoile qui brille, et qui continuera à briller à jamais.

http://alainbashung.fr/

Un commentaire

  • Est-ce l’émotion de retrouver sa voix ? Ou le plaisir de retrouver la patte d’Edith Fambuena (qui a participé au génial Fantaisie Militaire)?
    J’en viens à trouver En Amont supérieur à Bleu Pétrole. Il me prend aux tripes d’un bout à l’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.