A.C.T – Silence

A.C.T – Silence

Sans conteste l’une des nouvelles formations les plus en vues du début des années 2000, le quatrième album de nos amis Suédois de A.C.T, tout particulièrement attendu par les fans après un premier triplé sans faute, s’est pourtant vu retardé suite à de multiples problèmes de distribution. Disponible dans un premier temps en Asie, il fut enfin distribué chez nous courant 2006 par Inside Out, qui continuait ainsi à rassembler tout le gratin du rock progressif. Mais bon, A.C.T ne fait pas du « prog » à proprement parler. Sa musique est un mélange de diverses influences, dont les principales, Queen et It Bites (période Francis Dunnery), ressortent le plus à l’écoute de tous leurs albums. Mais le groupe nordique cite aussi Toto, Saga et les Beatles ! Alors, ce quatrième album très (trop ?) attendu, et toujours dernier en date aujourd’hui, que vaut-il ? Eh bien malheureusement, c’est l’amère déception qui fut au rendez-vous.

L’album se compose de 10 titres individuels et d’une suite, comme à leur habitude, de 9 morceaux. La folie dans les compos, le dynamisme et finalement, l’originalité du groupe, se sont évaporés dans une série de titres certes accrocheurs, mais trop simples et trop banals pour retenir pleinement l’attention. L’ajout de cordes cependant, est assez remarquable et sert bien les morceaux, amenant un petit plus à l’orchestration. A part cela, même la voix de Herman Saming, d’ordinaire si joyeuse et sautillante, se fait ici calme, appliquée, pour ne pas dire terne, montrant ainsi ses limites. Il n’y a bien que « Puppeteers » et « The Voice Within » qui se détachent du lot. Mais fort heureusement, on retiendra « Consequences », cette fameuse suite où là, A.C.T montre à nouveau toute l’étendue de son talent et de sa personnalité. Dynamique, variée, jouant sur plusieurs atmosphères, on retrouve enfin la pêche habituelle du groupe et son savoir-faire. Rien que pour cette suite, les fans s’y retrouvent un minimum. Pour les autres, autant se replonger dans les trois premiers disques du groupe, excellents de bout en bout.

Y aura-t-il un avenir pour A.C.T, et si possible à la hauteur de son flamboyant début de carrière ? Un cinquième opus serait en préparation, mais cette annonce commence déjà à bien dater, et rien n’est moins sûr donc (même le site web officiel du goupe a disparu de la toile). Qui vivra verra… et écoutera ?

Fred Natuzzi (6,5/10)

http://www.myspace.com/actworld

Silence
A.C.T
2006
Inside Out

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *