Celluloide – Naphtaline

celluloide-naphtaline

On me dira ce qu’on voudra, mais il faut quand même une bonne dose d’audace pour inclure dans un album de reprises du Cure, du Siouxsie and The Banshees, du Dead Can Dance et du Depeche Mode et prétendre renouveler leurs titres sans les dénaturer. C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Celluloide – haut la main, je vous l’avoue tout de suite – dans ce Naphtaline LP aussi passionnant qu’excitant (y’a un jeu de mots ici, saurez-vous le trouver ?). Je vais même vous dire

Lire la suite...

Isbjörg – In Endings

isbjorg-in-endings-1isbjorg-in-endings-2

Chose promise, chose due, après avoir chroniqué leur EP éponyme, pris 3 dolipranes, mis mon petit cache-nez  et enfilé une doudoune (voir cette chronique via ce lien), je propose de vous écrire quelques mots sur le single tout fraîchement sorti par les danois d’Isbjörg , à savoir, In Endings.

Rappelons que ce jeune groupe d’un an d’âge seulement propose un rock progressif assez burné dans lequel le piano est mis très en avant. Avant, toute chose, l’originalité de ce single est qu’il est découpé en 11 plages

Lire la suite...

Arkan – Kelem

arkan-kelem

Après nous avoir présenté le délicat Sofia en 2014, un album mélodique dominé par le chant féminin, voilà qu’on nous présente un album plus brut, plus lourd et entièrement masculin. Quelques fans en retard sur l’information constateront à l’écoute que Sarah Layssac ne fait plus partie de la formation. Elle est remplacée par le chanteur Manuel Munoz, un ex comparse de The Old Dead Tree, au courant de l’année 2015.

Décidément, la formation française donne dans le changement ces derniers

Lire la suite...

Iamthemorning – Lighthouse

iamthemornng-lighthouse

L’univers pop folk prog comporte de nombreuses perles borderline (« inclassables », en bon français). Avec ce nom insolite et crypté qui cache bien son jeu (et surtout, son origine), Iamthemorning en fait partie. Iamthemorning c’est Gleb Kolyadin et Mariana Semkina, duo russe de formation classique, une sorte de version réduite de Caprice (label Prikosnovenie), autre formation russe devenue bien trop discrète en France malgré la grande qualité de ses productions heavenly. Comme chez Caprice, ambiances et instruments

Lire la suite...

John Wesley – A Way You’ll Never Be

john-wesley-a-way-youll-never-be

Hey, John Wesley je lui ai serré la main ! Alors tu penses bien, lui et moi c’est cul et chemise. Même si c’est lui qui fait la chemise, c’est quand même très agréable… Et puis ma rencontre avec lui était tout à fait particulière puisque c’était l’une des premières fois où je retrouvais la femme qui allait devenir ma femme. C’était à Boston, il faisait beau, nous avions mangé un homard que nous avions bien du mal à digérer. Pourtant c’est léger le homard…

De quoi je

Lire la suite...

Oathbreaker – Rheia

oathbreaker-rheia

Rheia est décharné. C’est une maigreur qui apostrophe, hurle, une rage prenant différentes formes, mutant au gré de déplacements éthérés ou pesants dans un vêtement trop ample. C’est une inquiétude, une déception aussi, celle d’une vie, des nouvelles funestes, des amis qu’on étreint dans l’angoisse, d’un enlacement fortuit, déjà oublié et d’une sincérité mise à l’épreuve. Rarement un album ne m’avait donné autant d’images, de sensations,

Lire la suite...

Du metal progressif made in Ontario

protest-the-hero-pacific-myth

Programme double :

Protest The Hero (The Pacific Myth EP)/Red Handed Denial (Wanderer EP)

Nos lecteurs sont majoritairement français, je ne suis pas sans l’ignorer. Moi, je suis du Canada (du Québec, plus précisément). Il se peut donc que la folie entourant le groupe ontarien Protest The Hero ne vous ait pas profondément atteint. Enfin, c’est ce que je suppose, car rares sont les formations canadiennes ayant laissé une empreinte profonde sur le continent européen (au demeurant, Céline Dion, ça ne compte pas,… Lire la suite...

Bon Iver – 22, A Million

bon-iver-22-a-million

Quand Justin Vernon décide de prendre un virage serré, ça donne 22, A Million. Troisième émanation du groupe à géométrie variable Bon Iver, l’écoute de cet album, surtout lorsque l’on connaît et apprécie les deux premiers, a de quoi déconcerter. Du moins au premier abord. En effet, cet opus fait l’effet d’un Kid A de Radiohead, ou d’un Age Of Adz de Sufjan Stevens, avec moult expérimentations sur les instruments : distorsion, vocoder, effets électro saturés, déstructuration du

Lire la suite...

Julien Doré – & : Critique et entrevue

julien-dore

Comment aborder l’écriture si personnelle de Julien Doré ? Comment approcher ce travail ciselé sans le dénaturer quelque part ? Comment décrire la beauté dont regorgent les mots qui ont été choisis ? Car oui, si la poésie, la nature, l’amour, la chaleur de l’autre sont les thèmes dominants, la façon d’agencer les images, de faire sonner les substantifs, de chanter, même, rendent le tout magnifiquement beau. Tout simplement. Et de temps en temps, sous des apparences anodines, se cachent les

Lire la suite...

Orissa – Resurrection

orissa-resurrection

Comment diable peut-on faire une musique si complète, si complexe, si structurée, si dédalesque en étant seul maître d’œuvre ? Comment peut-on procéder ainsi de génie sans mériter quelques distinctions ? Car si la musique d’Orissa peut facilement être associée à celle du légendaire groupe Tool, celle-ci ne récolte pas la même notoriété. Mais pourquoi donc, puisqu’à mon oreille, la musique du projet new-yorkais me semble tout aussi complexe et éthérée que celle de la bande à Maynard J.

Lire la suite...
1 2 3 172