Un nouvel album pour Peter Baumann

Peter Baumann-band

Peter Baumann : le retour tant espéré de l’ex-Tangerine Dream

Peter Baumann is back : 1976, 1978, 1983… 2016. De quoi célébrer le grand retour du fils prodigue. Plus de 30 ans après son dernier album solo, Peter Baumann revient (ressuscite ?), avec un album sorti en mai. Son rôle exact et son influence au sein du Tangerine Dream de la « grande époque » prêtent encore à débats chez les fans du trio mythique, et sa disparition de la scène musicale les avait désolés, après deux albums sublimes (puis un troisième au son très typé eighties, électro et plutôt hors sujet). Et voilà, comme chez Pink Floyd, tout arrive et tout revient : après cette longue parenthèse d’abstinence musicale totale, entre méditation, new age et diverses autres activités, Peter Baumann ressort du néant avec Machines Of Desire. Un retour tardif dont il s’explique, auquel manquera à jamais une collaboration envisagée avec Edgar Froese, qui n’aura hélas pas eu le temps de se concrétiser.

Alors, simple come back commercial (manie courante chez les anciennes idoles des eighties), ou « vrai grand retour » dont n’osaient même plus rêver ses fans à cheveux gris ? Je n’ai pas encore  écouté Machines Of Desire (ça ne saurait tarder). En attendant, en voici un aperçu. Une chronique en bonne et due forme devrait suivre sur Clair & Obscur sous peu.

On regrettera un peu le visuel aussi sobre et furtif qu’un F117 en mission (un MOD stylisé sur fond noir absolu), bien loin des visuels baroques auxquels nous avait habitués Tangerine Dream. Mais il est vrai que Peter Baumann n’est pas TD (ou ne l’est plus) et que ses propres visuels étaient très différents, loin des délires psychédéliques de l’époque, et plus « narcissiques » aussi. En témoigne cette volonté de se montrer sur ses albums, qui le rapprochait plutôt des 45 tours et des chanteurs à succès. Cette fois, peut-être a-t-il préféré nous épargner ces rides auxquelles il semblait pourtant faire un superbe pied de nez sur « Romance 76 » ? Ce qui nous permet aussi d’oublier les nôtres, à nous, fans de la première heure…

Jean-Michel Calvez

http://www.bureau-b.com/peterbaumann.php

2 commentaires

  • Rudy

    Ca replonge bien dans l’ambiance 70’s de TD et ça colle bien au clip. C’est donc prometteur.

  • Marc Moingeon

    Je trouve que « Machines of Desire » est un bon album. Relativement sombre et un peu froid, parfois même glacial mais il en émane une forme de beauté que j’apprécie. Je n’attendais rien de particulier de Peter Baumann… Je ne suis donc pas déçu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *