Steve Roach : deux nouveaux albums d’ambient-cinématique pour l’été !

Steve Roach

Cet été, grosse actualité encore pour le californien Steve Roach, puisque notre pionnier de la musique ambient-électronique contemplative publie pas moins de deux albums d’un coup (une habitude chez lui !) en ce mois de juillet 2014. Le premier, intitulé « The Delicate Forever » et édité par l’excellent label Projekt, n’est rien de moins que sa toute nouvelle création studio, qui s’inscrit dans la droite continuité de ses récents efforts en la matière. En effet, il y a quelques mois, notre compositeur stakhanoviste ressortait son classique et emblématique « Structures From Silence » (l’original datant de 1984 !) dans une luxueuse édition 30ème anniversaire subtilement remasterisée, incluant deux nouveaux disques plein à ras bord de musique inédite spécialement créée pour l’occasion. Cette sorte de « retour aux sources » a profondément orienté et inspiré le musicien pour l’enregistrement de « The Delicate Forever », un ouvrage découpé en 5 longues plages méditatives qui s’inscrivent dans la même veine sensible, minimale et éthérée.

The Delicate Forever

L’ensemble fait la part belle aux nappes atmosphériques amples et profondes, où viennent s’enchevêtrer ici et là quelques rares et discrètes séquences (et autres « cliquetis » électroniques) du plus bel effet. Voilà donc une nouvelle expérience sensorielle et émotionnelle tout à fait digne des meilleures productions du maître ! Enfin, sachez que si vous faites partie des 500 premiers à commander l’objet sur le site officiel de l’artiste, vous recevrez en cadeau un CD collector avec une version « extended » du morceau éponyme (qui passe de 24 à 74 minutes pour une immersion sensorielle encore plus magique et intense !).

Desert collection

L’autre album qui vient de paraître est le premier volet d’une compilation fleuve et thématique dédiée aux grandes étendues désertiques de l’ouest américain, très certainement la source d’inspiration fondamentale de Steve Roach durant toute sa longue carrière. Sobrement baptisé « The Desert Collection« , ce « Volume One » regroupe quelques-unes de ses plus belles pièces déjà parues sur albums au cours des trois dernières décennies. Ces morceaux de choix au fort potentiel cinématique, générés à l’aide de synthétiseurs en tous genres avec à la clef un gros travail de pure création sonore, sont parfois agrémentés de lentes percussions hypnotiques (« Fatlands », « The Breathing Stones ») ou plus typiquement « western » (l’harmonica de « Ghost Train » et les guitares folk de « The Ribbon Rails Of Promise », tous deux extraits de l’insolite album « Dust To Dust » réalisé en 1998 avec Roger King).

Ces ambiances captivantes à souhait, tantôt diurnes et torrides, tantôt nocturnes et apaisantes, sont sensées illustrer un voyage imaginaire à travers les immenses paysages vierges du sud-ouest de la Californie et de l’Arizona durant la saison de l’été. Imaginaire pour nous autres, très certainement, mais pas tant que cela pour le musicien, qui on le sait entretient depuis toujours une relation privilégiée avec cet environnement absolument fascinant (Steve Roach et son épouse Linda Kohanov – qui signe au passage l’artwork de l’album – habitent dans un ranch situé en plein désert, au sud de Tucson).

Superbement réussi, « The Desert Collection Volume One » n’en demeure pas moins, vu son contenu, un disque à réserver aux collectionneurs ou aux néophytes qui souhaiteraient découvrir l’un des aspects incontournables du travail de Steve Roach, définitivement le plus célèbre et respecté des compositeurs d’un genre musical aussi majeur que (malheureusement) confidentiel. Amateurs de grands espaces sonores et autres voyages intérieurs, à vous de jouer !

Philippe Vallin

http://steveroach.com/

http://steveroach.bandcamp.com/album/the-delicate-forever

http://steveroach.bandcamp.com/album/the-desert-collection-volume-one-2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *