Rajna – Babel

Rajna – Babel

Trois ans après l’excellent « Offering », le duo Fabrice Lebfevre/Jeanne Lebfevre nous revient avec le splendide concept « Babel » qui marque le recours à l’autoproduction après de longues années passées dans le giron du label Holy Records. Déjà auteur de dix albums de fort belle facture, Rajna excelle ici dans le calme et la beauté puis dans la tristesse et l’envoutement et base son œuvre quasi exclusivement sur l’utilisation d’instruments classiques et ethniques qui mettent en valeur, avec un réel brio, la voix incroyablement douce et chaleureuse de Jeanne. Cette cuvée 2013 est, autant l’annoncer d’emblée, un des meilleurs disques de la formation. Rajna y va droit à l’essentiel et ses morceaux sont autant de merveilles spleenétiques mâtinées de world music. A savourer donc sans aucune modération. Parler de la musique de Rajna au travers de simples mots relève de la gageure tant celle-ci s’affranchit de toute règle et de toute chapelle pour traduire des émotions instantanées d’une immense pureté. Mais tâchons tout de même de relever ce sacré défi.

Soulignons tout d’abord que le dialogue savamment structuré entre le chant haut perché de la belle Jeanne (aux intonations parfois proches de Loreena McKennit ou Lisa Gerrard) et les arrangements sublimes de Fabrice (multi instrumentiste et producteur de grand talent, qui fait preuve d’une maîtrise instrumentale assez exceptionnelle tout au long du disque) concourent à installer un climat onirique de toute beauté. Penchons nous maintenant sur la panoplie instrumentale. Côté classique, on retrouve Gabriel Sienkiewics à la viole de gambe et à la harpe médiévale. L’armada celtique a, pour sa part, déployé en première ligne des whistles et un saz dont se charge, en guest star, Olaf Parusel. Et les instruments ethniques ne sont pas en reste puisque Fabrice Lefebvre nous plonge au cœur de l’Afrique et de l’Arménie avec son Duduk, son bouzouki, son chalemnie, son bendir, son derbuka et son argul – la liste n’est pas exhaustive.

Résultat de cette alchimie peu commune, Rajna accouche de onze compositions ethno-world incroyablement émouvantes (« Na Traya », « Voyage Of The Magus ») qui font du spleen leur idéal. Là où des titres comme « A Prayer For Rain » nous invitent à un captivant périple initiatique au cœur d’un oasis de calme et de rêverie, la tonalité d’ensemble est au dépouillement et à la méditation (« Ziggourat »). De la pureté bouleversante de « The Garden Of Babylon » à la sérénité ouatée de « Cathar’s Song », ce millésime 2013 est une bien belle œuvre à porter au crédit d’une sacrée formation.

Bertrand Pourcheron (8/10)

http://musicrajna.wix.com/intro-rajna

Babel
Rajna
2013
Autoproduction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *