Flyingdeadman – 56 Seasons

Flyingdeadman - 56 reasons

Quand une musique vous tient et ne vous lâche plus jusqu’au bout, c’est toujours bon signe. Et c’est le cas dès la première note du 3e EP de Flyingdeadman, 56 Seasons. Enfin, EP, c’est eux qui le disent. Parce que l’ensemble dure quand même 40 minutes ! Pour ma part, les trois opus des français sont de vrais albums. Ce n’est pas parce qu’ils sont faits avec des moyens limités (et sans batteur ! Je vous défie de vous rendre compte que ce n’est pas une personne qui bat la mesure 

Lire la suite...

Bölzer – Hero

Bölzer - Hero

Que s’est-il passé ?

Est-ce la mort des dieux fondateurs et archaïques qui est en cause ? Ou bien l’ouverture d’une porte amenant à l’inconscient jungien ? La dissection de la dualité entre la chair et le mental, l’Homme et la Femme, la mythologie et la réalité, à moins que ce ne soit un mélange de genres obscurs au sein de la scène metal ou autre qui a fini par donner naissance à ce Hero ? Peut-être tout ça à la fois ?

Bölzer - Band

Premier véritable album de ce duo suisse atypique, après les sorties remarquées

Lire la suite...

Endless Dive – Endless Dive

Endless Dive - Endless Dive

Le post-rock a ceci d’agréable qu’il s’écoute plutôt facilement sans y prêter trop attention, un peu comme l’ambient. Il faut se laisser imprégner en douceur par la mélancolie environnante. Alors le truc, c’est de passer cette musique un peu en fond sonore. Si certains passages vous font hausser le sourcil et rendent prédominantes vos esgourdes par rapport à vos pensées vis-à-vis de votre cerveau, on va dire que le pari du captage de l’attention par la musique est réussi.

Je dirais qu’en la matière, Endless

Lire la suite...

Jack Dupon – Empty Full Circulation

Jack Dupon - Empty Full Circulation

Cela fait maintenant plus de dix ans que les Bougnats de Jack Dupon étrennent et traînent leur rock foldingue et jubilatoire, et toujours pas une ligne dans Clair & Obscur ! Autant vous dire qu’avec la sortie le 21 mars dernier de Empty Full Circulation, leur cinquième album studio, et l’arrivée d’une nouvelle année placée « sous le signe du V » (allusion à notre regretté rédac’ chef, mais aussi à d’autres farceurs un tantinet loufoques et lubriques, ceux du Klub des Loosers), il était temps de laver l’affront

Lire la suite...

Catchlight – Amaryllis

Catchlight - Amaryllis
Une fois n’est pas coutume, je démarre cette chronique par la fin, à savoir que je décerne mon premier coup de cœur 2017 à Amaryllis de Catchlight. Ceci est d’autant plus méritoire qu’il s’agit d’un combo français. N’y voyez aucun racisme anticocardier, mais le problème avec les groupes français est que souvent le phrasé de notre langue nationale claque moins que le chant anglophone à moins d’être un Lazuli, par exemple. Le choix de l’anglais par Catchlight est heureux et renforce le côté dramatique

Lire la suite...

Ulver – Riverhead

Ulver - Riverhead

Faisons court. Peu importe qu’on ait vu ou pas le long-métrage Riverhead de Justin Oakey, il se cache quelque chose d’autre dans ce treizième album des norvégiens Ulver. Cet instant spécifique où l’on sort du cadre. On oublie que cet objet est une B.O (même si faite en très étroite collaboration entre les membres du groupe et le réalisateur) et on se laisse happer par les traits minimaux, l’ambiance contemplative au carrefour de la menace et d’une forme d’attention mélodique.

Ulver - Band

Le minimalisme

Lire la suite...

Torquem – Sarah Anne

Torquem - Sarah Anne

C’est le deuxième volet d’une mystérieuse trilogie que nous présente le trio parisien Torquem. Après Ansiktet paru en 2013 et pour lequel le regretté Philippe Vallin avait fait une chronique enthousiaste dans les colonnes de Clair & Obscur (http://clairetobscur.fr/torquem-ansiktet/), le trio épaissit l’énigme de son triptyque musical. En effet, si Ansiktet signifie visage en norvégien, cette figure porte désormais le nom de Sarah Anne, peut-être le personnage, allez savoir, que l’on découvre sur

Lire la suite...

Collapse – The Sleep In Me

Les Grenoblois de Collapse débarquent le 20 janvier avec, mine de rien, un troisième album en six ans. En effet, après Collapse en 2011, rapidement suivi de The Fall en 2013 (chroniqué dans Clair & Obscur), voici le petit nouveau, intitulé The Sleep In Me. Le groupe a mis les moyens nécessaires à la sortie de ce disque, avec un financement participatif important réussi sur la plateforme KissKissBankBank, une troisième et fort belle pochette réalisée par Julie Barruel, enregistrement et mixage au Prunier Sauvage et

Lire la suite...

Bruit- Bruit Live Part I & Part II

Le Moog Taurus, j’adore ! D’ailleurs si j’en avais les moyens, je m’en achèterais un tout de suite. Comme ce n’est pas le cas, je suis bien content de pouvoir entendre cet instrument extraordinaire, de temps à autre, interpréter de la musique qui va bien à sa sonorité si particulière, à la fois « tripale » et céleste ( c’est beau quand tu parles…).

Cette fois-ci, c’est en France qu’il se trouve, sous le pied savant du bassiste Matthieu Mullet, l’un des quatre Toulousains de la formation BRUIT.

Lire la suite...

Aethenor – Hazel

aethenor-hazel

Celle-là est compliquée. Ça va l’être à tout le moins. J’avais déjà ébauché des textes, des fragments vaguement et forcément insipides (n’est pas Schlegel qui veut), sur le précédent opus En Form For Blå. Ce super combo m’a toujours fasciné. Déjà par son corpus. Ce n’est pas tous les jours qu’on a Stephen O’Malley (Sunn O))), Khanate, KTL et assimilés), Kristoffer Rigg (Ulver), Daniel O’Sullivan (Ulver aussi) et le batteur free-jazz Steve Noble au sein d’un

Lire la suite...
1 2 3 7