Northlane – Node

Northlane-Node

J’ai toujours préféré laissé la tribune aux formations émergeantes, jugeant que celles-ci en ont plus besoin que les gros noms de l’industrie. Je ferai légèrement entorse à ce règlement intime puisque le groupe dont il est ici question se situe entre deux eaux. Oui, Northlane fait partie d’une sorte de coalition comprenant une pléthore de groupes de metal progressif émergeant. Et puis, le groupe australien n’est actif que depuis 2009. Alors, pourquoi me sens-je obligé de me justifier ? C’est que Northlane a le vent dans les voiles. Les jeunes musiciens qui œuvrent en son sein ont franchi depuis quelques temps un cap que certains groupes de longue date n’ont pas encore atteint.

Pour la petite histoire, le quintet a à son actif un EP et trois albums officiels. La formation se fait découvrir par le label We Are Unified aux lendemains de la sortie de Discoveries, un album lourd et assez original pour être remarqué. Le célèbre webzine australien « Kill Your Stereo » le nomme même album de l’année ! Nous sommes en 2011 et déjà on leur offre une série de 24 spectacles à travers l’Australie. La formation, qui avait foulé les planches sans avoir été remarquée jusque-là, prend rapidement du gallon. S’ensuit une tournée canadienne avec Obey The Brave (Montréal, Canada) et Stray From The Path (New York, États-Unis), deux formations donnant respectivement dans le hardcore et le metalcore (des styles généralement associés à la musique de Northlane).

Northlane-band 3

Or, la glorieuse ascension  ne s’arrête pas là. Dès la sortie de Singularity, le second LP du groupe, le public s’emballe. Les ventes d’albums numériques sur iTunes atteignent la position no. 1 en Australie, alors que le J’s Award pour le meilleur album de l’année 2013 leur est décerné (le prestigieux prix est associé à Triple J’s, une station de radio australienne). En résulte une seconde tournée canadienne avec Structures, Intervals et Texas In July, une participation à l’Impericon Festival, une série de spectacle avec nul autre que Karnivool, de même qu’une tournée américaine aux côtés de grands noms de la scène djent tels que Vildhjarta, Veil Of Maya, Structures et Here Comes The Kraken.

L’année 2014 est également très mouvementée. Le groupe participe à la tournée Big Day Out et participe à l’immense American Dream Tour avec Bring Me The Horizon et Of Mice & Men, partage une série de 39 spectacles avec la formation britannique Architects avant d’organiser Free Your Mind, un festival de musique où le groupe australien partage la tête d’affiche avec Thy Art Is Murder, Make Them suffer, Veil of Maya et Volumes. Or, le chanteur originel du groupe, Adrian Fitipaldes, quitte Northlane pour des raisons de santé. L’avenir du groupe est alors compromis.

À tout malheur, il y a toutefois un revirement. Un nombre considérable d’utilisateurs Facebook soumettent des vidéos et des fichiers vocaux au groupe via Facebook. Marcus Bridge, l’actuel chanteur du groupe, est alors engagé. S’ensuit un changement drastique dans l’esprit du groupe. Northlane, qui n’avait exploité que son aspect deathcore, voire djent avec ses rythmes lourds et sa voix exclusivement gutturale, s’aventure alors dans l’univers du metalcore et, dans une certaine mesure, dans un metal progressif plus nuancé, moins « carré ». La démarche aurait pu déplaire. Le groupe a probablement perdu quelques fans. Cela arrive toujours lorsqu’une formation change de recette. Mais si des fans de la première heure ont cessé de suivre Northlane pour son important changement de direction musicale, la nouvelle mouture en a attiré plus d’un. La plupart des concerts affichent complets et les dates se multiplient de façon affolante.

En juillet dernier est paru l’album Node. Fan depuis la sortie de Discoveries, je m’attendais à un disque envahi de growls et de guitares 8 cordes accordées en « drop-D », bref, un produit plutôt djent et « classique » (autant que peut l’être un genre aussi nouveau que le djent). Or, Node se démarque de toutes les autres productions de Northlane. Le LP se démarque même des mouvements deathcore, metalcore et djent auxquels on l’a généralement associé. Quelle surprise ce fût que d’entendre une voix alternant le « clean » et le « growl » (énormément moins de growl que par le passé), des guitares saturées de « chorus » et de « reverb » avec des effets de « delay » à la façon très spéciale de Wes Borlan, l’ex-guitariste de Limp Bizkit.

Dès la pièce d’introduction, on dénote une évolution manifeste depuis Hollow Existence, un disque très deathcore. Plutôt que d’avoir l’impression d’entendre du August Burns Red, du After The Burial, du Erra ou du Architects (des groupes de deathcore proches parents de l’ancien Northlane), j’ai plutôt la sensation d’être devant un album de metal progressif nouveau genre tels que Language (The Contortionist) et Coma Ecliptic (Between The Buried And Me). La voix de Marcus Bridge ajoute de la finesse à l’ensemble, influençant même le jeu maintenant plus éthéré des guitares de Josh Smith et John Deily.

À certains moments, j’éprouve l’impression d’être en présence d’une matrice de Periphery à laquelle on a greffé les partitions de guitares de la chanson « Boiler » de Limp Bizkit et certains gènes de Meteora, un album de Linkin Park qui à l’époque ne me laissait pas totalement indifférent malgré son aspect trop léché. Il n’y a qu’à se concentrer sur les partitions de guitares de « Soma » et « Node » aux premières minutes pour faire le rapprochement. Ne soyez toutefois pas rebuté par cette analogie, car plutôt que de faire cliché ou pop, cette addition audacieuse enrichit la musique fort efficace de Northlane. Et puis, si ce genre ne vous plait pas d’emblée, la pièce « Leech » pourrait davantage vous charmer. Ce morceau, presque cloné d’après ce que Deftones fait de mieux, ne pourra vous laissez indifférent. Enfin, en ce qui me concerne, je pourrais mettre cette pièce en boucle dans mon iPod sans crainte de m’en blaser.

Bref, amateurs de metalcore et de djent ou non, Node est un album dédié à tous les fans de metal progressif. Technicité, lourdeur, nuances, harmonies, audace, équilibre, rythmes planants et rythmes agressifs, sonorité impeccable: tout y est et pas en petites quantités ! Pas étonnant que l’album ait été placé au premier rang des charts britannique (voir ARIA charts, juillet 2015) et qu’il ait figuré au Billboard américain (95/200). Le succès de l’album est également saisissable lorsque l’on sait qu’à la fin juillet, les ventes de Node ont atteint la 92ième place du top 100 britannique, juste devant Dark Side Of The Moon (95/100).

Finalement, si les versions CD ne vous disent rien, peut-être qu’une version live vous siérait mieux. D’ailleurs, la réputation de Northlane en spectacle n’est plus à faire. La critique est unanime : la présence du groupe sur scène est d’une incomparable énergie (il n’y a qu’à regarder quelques photos sur la page Facebook du groupe pour s’en convaincre). Et puis, avertissement à mes collègues et amis de Paris, ne manquez pas le spectacle du 4 mai 2016. Pour mes compatriotes québécois, nous sommes malheureusement passés à côté : Northlane était en concert à Montréal en août dernier avec In Heart Wake, Oceans Ate Alaska et Like Moths To Flames et aucune date canadienne n’est prévue pour 2016 jusqu’à maintenant. Néanmoins, il y a encore quelques concerts américains de prévus pour décembre. Pour en savoir plus, consultez la liste ci-contre.

Dany Larrivée

Note : Hollow Existence (EP, 2010), Discovery (LP, 2011) et Singularity (LP, 2013) également disponibles.

Coup de Coeur C&Osmall

https://www.facebook.com/northlane

http://weareunified.com/about

 

Calendrier de spectacles à venir :

The Greater Than Tour (États-Unis)
Novembre-Décembre 2015 en compagnie de Volumes, Cane Hill et Coldrain :

.05/12 Wilmington, Caroline du Nord, Ziggy’s By The Sea
.06/12 Atlanta, Géorgie, The Masquerade
.08/12 Jacksonville, Floride, Underbelly
.09/12 Tampa, Floride, The Orpheum
.10/12 Birmingham, Alabama, Zydeco
.11/12 Fort Worth, Texas, Tomcats
.12/12 Austin, Texas, Dirty Dog Bar
.14/12 El Paso, Texas, Mesa Music Hall
.15/12 Mesa, Arizona, Nile Theater
.16/12 Los Angeles, Californie, Whisky A Go Go
.17/12 San Diego, Californie, Soma
.18/12 Anaheim, Californie, Chain Reaction
.19/12 Orangeville, Californie, The Boardwalk

 

The Howzat Tour (Australie)
Du 15 Janvier-21 Février 2016 en compagnie de Bare Bones :

.15/01 Garbutt, Dalryme Hotel
.16/01 Airlie Beach, Magnums
.20/01 Glastone, Grand Hotel
.21/01 Bundaberg, Club Hotel
.22/01 Queensland, Wharf Tavern
.23/01 Brisbane, Soundwave Festival
.24/01 Sydney, Soundwave Festival
.26/01 Melbourne, Soundwave Festival
.29/01 Launceston, Club 54
.30/01 Hobart, Brisbane Hotel
.31/01 Hobart, Brisbane Hotel
.18/02 Bunbury, Prince of Wales
.19/02 Albany, Sutdio 146
.20/02 Midland, Hyperfest
.21/02 Rockingham, Leisure Inn

The Impericon Festival (Europe)
Du 22 Avril au 7 Mai 2016 en compagnie de Hatebreed, Emmure, Bless The Fall, Chelsea Grin, Bury Tomorrow, Any Given Day, Devil In Me et Hundredth :

.22/04 Oberhausen, Danemark
.23/04 Leipzig, Allemagne
.01/05 Amsterdam, Pays-Bas
.02/05 Manchester, Royaume-Uni
.03/05 Londres, Royaume-Uni
.04/05 Paris, France
.05/05 Zurich, Suisse
.06/05 Vienne, Autriche
.07/05 Munich, Allemagne

Chronique parue simultanément chez Clair & Obscur (France) et Daily Rock (Québec).

Node
Northlane
2015
We Are Unifited

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *