No-Man – Returning Jesus

No-Man – Returning Jesus

Vous aimez le style et le son de Porcupine Tree ? Alors ne boudez pas alors le nouvel album de No-Man, l’autre projet majeur du touche à tout Steve Wilson. Car ce « Returning Jesus » est certainement à ce jour le disque le plus rock de ce groupe anglais encore trop méconnu, et donc celui qui se rapproche le plus du style Porcupine Tree. Ce nouvel opus s’inscrit en effet dans la droite lignée des meilleurs albums caractérisés de « pop sophistiquée » (un réservoir à inclassables), à l’instar des travaux de David Sylvian. Exit ici en effet l’orientation trip-hop qui caractérisait les albums précédents (tous excellents et très originaux), à grand renfort de sonorités électroniques. Ce nouveau No-Man se veut davantage artisanal et conventionnel, même si il est loin de délaisser une certaine ambition créative et un goût prononcé pour les ambian­ces éthérées.

La composition et la production des neufs per­les de l’album sont toujours le fruit de la colla­boration du duo Steve Wilson (guitares, claviers, programmations) et Tim Bowness (chant), depuis toujours le centre nerveux d’un groupe renouvelant constamment ses invi­tés. Ont collaboré en effet  au projet No-Man des musiciens aussi talentueux et essentiels que sont Richard Barbieri, Mick Karn (ex-Japan), Robert Fripp ou Mel Collins (King Crimson).

Une fois n’est pas coutume, on retrouvera donc sur ce nouvel opus une pléiade de musiciens hors normes, parmi lesquels on peut citer ici Colin Edwin (l’excellent bassiste de Porcupine Tree), Steve Jansen à la batterie, et Theo Travis au saxophone et à la flûte. Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore ce talentueux multi-instrumentiste, ce dernier seconde actuellement Didier Malherbe au sein de Gong, et collabore également à l’étonnant projet « dark ambient » de Steve Wilson nommé Bass Communion. Ce tra­vail en commun a déjà engendré la naissance de deux albums incontournables dans le domaine des musiques électroniques atmosphériques, encore une fois pas assez mis en avant au sein des médias voués à la causes des musiques progressives et avant-gardistes, dommage…

Si l’étiquette musicale de « Returning Jesus » se rapproche davantage du style Porcupine Tree que ses prédécesseurs, l’ambiance générale du disque se veut beau­coup plus homogène, dans une dominante calme et intimiste. Ici, point de riffs de guitares rageuses, d’envolées psychédéliques et de constructions alambiquées, mais une musique presque climatique, souvent planante, aux mélodies simples et soignées, agrémentée des textes poétiques et mélancoliques de Tim Bowness, dont le timbre fragile et léger est à rapprocher de celui de notre maître d’œuvre, M. Steve Wilson. Tout au long des neufs titres de l’album qui rivalisent de beauté et d’intensité, l’auditeur découvrira une musique certes intimiste, mais qui ne néglige pas non plus les longs développements instru­mentaux, piano et guitares acoustiques à l’appui. Je n’oublierai pas non plus de faire référence ici à l’heureuse contribution des deux  trompettistes Ian Carr et Ian Dixon, dont les quelques interventions sont tout simplement lumineuses et proche de l’esprit du label ECM.

A noter cependant que l’album ne comprend pas uniquement du matériel neuf : on y trouvera en effet la reprise d’un ancien titre (« Close your Eyes »), présenté ici dans une version plus aboutie, avec percussions hypnoti­ques qui rappellent étrangement l’univers du Peter Gabriel actuel. Au menu également un single paru en 1998 dans un mini EP 4 titres, « Carolina Skeleton », resté jusqu’ici inédit en album. « Returning Jesus » est un disque magnifique de bout en bout donc, véritable travail d’orfèvre aux arrange­ments subtils et toujours soignés, qui réjouira à coup sûr tout amateur d’une pop différente et raffinée. A découvrir d’urgence !
Philippe Vallin (8/10) 
 
 

 

Site web : http://www.no-man.co.uk/

 

Returning Jesus
No-Man
2001
Third Stone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *