Broken Memory: A Tribute to Martin Dupont

Broken Memory: A Tribute to Martin Dupont

Broken Memory A Tribute To Martin Dupont

Britney Spears pourrait chanter à propos de Broken Memory: A tribute to Martin Dupont : « Oops! They did it again. » En effet, BOREDOMproduct avait déjà sorti en 2015 un fabuleux Pistes Noires – Hommage Électronique-Pop À Étienne Daho. L’exploit de rhabiller les chansons d’Étienne Daho en version synthé avait été à la fois gonflé et magnifiquement réussi. Le truc est que tout le monde ou presque connaît Étienne Daho dans le grand public. Alors « Épaule Tatoo 

Lire la suite...

Dekad – Monophonic

Dekad – Monophonic

Dekad Monophonic

En septembre 2015, je vous ai déjà parlé de Dekad à l’occasion de la sortie de son nouvel album, A Perfect Picture. Je vous disais alors qu’il a fallu quelques albums pour que Dekad, qui est une délicate machinerie, trouve l’équilibre rêvé entre mélodie, voix, séquences, basses, effets et rythmes. Monophonic fut l’album de la maturité, très bien produit et mixé, riche, varié, à la fois puissant, fragile et hypnotique. Rien ne naît de rien, et il faut bien faire ses premiers pas

Lire la suite...

Chelsea Wolfe – Hiss Spun

Chelsea Wolfe – Hiss Spun

Chelsea Wolfe Hiss Spun

Déprimant… C’est le premier mot qui arrive quand je pense au nouvel album de Chelsea Wolfe. Déprimant parce que ça grésille des amplis, c’est organique, ça fait vrai, vécu. Déprimant parce qu’on y sent toute l’amertume d’un monde sans repères, perdu. Déprimant parce qu’on y ressent la détresse de Chelsea dans chaque intonation, en écho de sa voix diaphane, presque trop innocente. À tel point qu’on est prêt à mettre une main sur ses yeux d’acier en signe de protection.

Lire la suite...

Wild Roses For The Exit – Wild Roses For The Exit

wild roses for the exit

James Fiction a beau ne pas être un personnage de fiction, il n’en demeure pas moins surprenant. En effet, après avoir rendu hommage aux héros du hard-rock des années 70, le voici maintenant s’éprenant, tant sur le plan du look que de la musique, de l’esthétique de la synth-pop et de la cold wave des années 80. D’ambiances chaudes comme la braise, portées par des guitares acérées, on passe à des climats froids d’où découlent néanmoins de belles mélodies tour à tour enjouées et éplorées.

Lire la suite...

Neronoia – Mi Piaceva Una Vita

Neronoia Mi piaceva una vita

Après son troisième opus Sapore Di Luce, sorti fin 2013 et chroniqué l’an dernier dans nos pages, Neronoia nous revient très en forme (si l’on peut le dire…) avec un nouvel opus tout aussi sombre et mélancolique, limite dépressif, dû en partie à la voix abyssale et ténébreuse du chanteur/vocaliste Gianni, sans oublier la photo du digipack, représentative du climat qui règne ici. S’y ajoute sur certains titres la voix féminine d’Arianna, conférant un peu d’air et de lumière à cet opus oppressant.

Lire la suite...

Chelsea Wolfe – Abyss

Chelsea Wolfe Abyss

On ne peut pas s’empêcher d’éteindre les lumières, moi, mon écran et le casque sans fil (car j’aime bien me déplacer). Peut-être est-ce l’onirisme latent de l’album, cet enfermement dans ce passage étroit reliant éveil et rêve, à moins que ce soit le reflet d’une bougie sur un écran… Ambiance. Abyss parle d’une frontière qu’on connaît, encore moins discutée que la paye du mois cependant, une ligne floue et crépusculaire. Trouille absolue ancrée dans

Lire la suite...

Anna von Hausswolff – Ceremony

Anna von Hausswolff  Ceremony

Gothique, vous avez dit gothique ? Visuel, titres des morceaux et jusqu’au nom de l’artiste le sont. La jeune suédoise Anna Michaela Ebba Electra von Hausswolff ne fait pas dans la facilité dans un univers pop rock où certains codes visuels et autres semblent incontournables pour y être vu et entendu. L’apparence est trompeuse. Ceremony (le CD, voire le nom de l’artiste), pourrait être un florilège de toccatas de quelque obscur maître de l’orgue de la Renaissance flamande, sous un packaging aussi sombre et glauque

Lire la suite...

Killing Joke – Pylon

Killing Joke Pylon

Chantres d’un post-punk engagé (et enragé), malgré la pause « new wave » inévitable de la deuxième moitié des années 80 qui leur a cependant été salutaire en terme de ventes, les énigmatiques Killing Joke continuent à faire parler d’eux. Relevant sans cesse le défi de se renouveler depuis leur retour aux guitares au tournant des années 90 (l’excellent « Extremities, Dirt, And Various Repressed Emotions » dont la violence a du surprendre plus d’un fan), c’est avec le line-up

Lire la suite...

Dekad – A Perfect Picture

Dekad A Perfect Picture

Dekad est un objet musical passionnant, tant par la musique qu’il produit que par son essence même. Pas assez sombre et/ou brutal pour faire partie de la Dark Wave de plein droit, pas assez pop pour appartenir à l’Electro-Pop en tant que telle, Dekad emprunte pourtant depuis ses origines à ces deux genres tout en affirmant un style bien à lui, fascinant et immuable. Bien sûr, rien n’est jamais tout à fait parfait brut de fonderie et il a fallu quelques albums pour que Dekad, qui est une délicate machinerie, trouve

Lire la suite...

Neronoia – Sapore Di Luce Et Di Pietra

Neronoia Sapore Di Luce Et Di Pietra

Le label Eibon pourrait être à lui seul le pendant musical de Clair & Obscur, traduction sous forme de label de la formule à spectre large : « musiques progressives, texturales, extrêmes, alternatives ». Depuis 1996, son catalogue d’une centaine de titres offre un peu – non, des tonnes ! – de tout cela, du post-rock jusqu’au power electronics en passant par le dark ambient et le drone. Mauro Berchi (qui est aussi leader et multi-instrumentiste de l’excellent groupe Canaan sur ce label) dirige Eibon,

Lire la suite...
1 2 3