Les fresques cosmiques de Redshift se dévoilent sur Bandcamp !

Redshift

Une bonne nouvelle pour les amateurs de Redshift et de musiques électroniques planantes : la discographie intégrale de cet excellent groupe basé au Royaume Uni est désormais disponible à l’écoute et en téléchargement sur Bandcamp. Et l’info est d’autant plus appréciable quand on sait que la plupart de ses albums en support physique (dont l’inaugural et référentiel « Redshift », petit frère spirituel de « Phaedra » et « Rubycon ») sont malheureusement épuisés depuis belle lurette, et que ces derniers ne seront vraisemblablement jamais réédités vu l’état actuel du marché du disque. Fondé en 1994 par Mark Shreeve, talentueux compositeur en activité soutenue depuis l’aube des années 80, le projet Redshift a développé au fur et à mesure de ses parutions et de l’évolution de son line-up (on y croise Julian Shreeve, James Goddard, Rob Jenkins ou encore l’incontournable Ian Boddy) une œuvre passionnante dont les fondamentaux restent profondément enracinés dans la Berlin School des années 70. L’inspiration (pour ne pas dire plus !) lorgne en effet ici plus que jamais vers les Ash Ra Tempel, Klaus Schulze et Tangerine Dream de l’âge d’or. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si, vers le début de sa carrière, Mark Shreeve a collaboré avec un certain Chris Franke ! Avec des pièces instrumentales souvent fleuves et essentiellement basées sur un véritable arsenal de synthétiseurs analogiques et numériques (les amateurs de claviers Moog, Yamaha, Oberheim, Korg ou Fender Rhodes seront aux anges !), la musique cosmique façon Redshift, merveilleusement séquencée, envoûtante et atmosphérique à souhait, ne se contente jamais de piller l’héritage de ses aînés et se s’enfermer dans des schémas préétablis. On y trouve au contraire une réelle démarche artistique et exploratoire, ainsi qu’une modernité et une personnalité qui s’affirment d’album en album (même s’il est indéniable que les premiers opus du collectif emmené par Mark Shreeve sonnent en définitif comme les « clones géniaux » des chef d’œuvres du Tangerine Dream 70’s). Ainsi, « Redshift » (1996) et son fantastique prolongement live « Ether » (1998) se révéleront à coup sûr comme des pièces de choix pour les fans nostalgiques d’un genre intemporel. Plaisirs coupables garantis donc ! A vous maintenant de juger sur pièces…

Philippe Vallin

L’intégrale de Redshift sur Bandcamp :
http://redshift2.bandcamp.com/

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *