Genesis – The Mystery Of The Flannan Isle Lighthouse

Flannan Isle Lighthouse photo

B-sides oubliés : des trésors dans les archives de Genesis (première partie)

Dans le monceau de chansons que Genesis a écrit avant même d’être Genesis, il y en a une d’autant plus remarquable qu’elle passe très facilement inaperçue. Composée en 1967, elle ne sera éditée qu’en 1998, soit 30 ans plus tard ! Et puis, il faut vraiment fouiller le web ou les tréfonds du quatrième disque du coffret Archive volume I : 1967-1975 pour se rendre compte que cette demo existe. Il s’agit de «The Mystery of the Flannan Isle Lighthouse». Bon, avouons-le d’emblée, l’air de la chanson n’est pas inoubliable et les paroles plutôt obscures. Elles évoquent pourtant une histoire vraie, et qui est de plus un des mystères parmi les plus inexpliquables du siècle dernier. Oublions donc la chanson, dont les paroles sont retranscrites ci-dessous, et penchons-nous sur cette passionnante énigme.

Les îles Flannan (Na h-Eileanan Flannach en gaélique) sont de minuscules bouts de terre balayés par les vents et les flots situés à l’extrême Nord-Ouest de l’Écosse. Leur position géographique intéressante pour la marine locale et internationale y a cependant amené la construction d’un phare entre 1895 et 1899. Érigé sur Eilean Mòr, la plus grande des îles de l’archipel, celui-ci s’élève à 35 mètres au-dessus d’un sol lui-même surélevé de 70 mètres par rapport au niveau de la mer. Autant dire qu’on voit ses feux de loin.

Genesis-band with Peter Gabriel
En décembre 1900, un navire manque pourtant de peu de se fracasser contre l’une des îles. Et pour cause, le phare est éteint. Ce qui est pour le moins anormal vu que trois hommes y habitent en permanence et en prennent le plus grand soin. Le quatrième gardien du phare, Joseph Moore, y est alors envoyé de toute urgence, afin qu’il voit quel est le problème. Et c’est ici que le mystère s’épaissit. Car Joseph Moore ne trouve plus personne ni dans le phare ni sur l’île. Les trois gardiens du phare ont tout bonnement disparus ! Tout ce que Joseph Moore trouve d’eux est un journal qui, sur sa fin, décrit une terrible tempête, l’abattement et la peur des trois gardiens, et dont les dernières phrases sont : Tempête terminée. Mer calme. Nous sommes dans la main de dieu. On a depuis jamais retrouvé la moindre trace des trois gardiens. Bien sûr, en presque 116 ans, les hypothèses n’ont pas manquées pour expliquer cette énigme, de la vague géante à un accès de démence de la part des trois hommes. On a même évoqué le diable, la quatrième dimension ou les extra-terrestres. Mais rien n’y fait, le mystère reste total.

Le thème, tout comme l’esprit créatif du groupe Genesis, est totalement mystique. L’histoire, transposée en chanson, en est d’autant plus captivante :

Flannan Isle lies in the South by the Point of Kedgeree
Forty-seven miles from land in the roughest part of the sea
On the finest day the sea is black
They say no one has ever come back from there

They say the wicked spirits haunt the lighthouse in the night
Fierce ghosts of many men who tried to stop the warning light
Waves are hurled against the ugly rocks
Spray is changed at once to a wall of ice
Bird who wants to rest its tired wings
Lands, and it is turned to a (dummy?) of stone

The island’s rocks have many caves that smell of dying flesh
They lure the strangers to their maze of never ending length
The empty cave is filled with sound
(A madman lying??) in the ground below

Each month a boat is sucked to perish by the rocky isle
Each time the moon is full the currents are directed there
Boats that sail too near to Flannan Isle
Feel the weather change and they turn away
If they dare to look behind them, still
Screams of disappointment fill the air

Frederic Gerchambeau

.

www.amazon.com/Genesis-Archive-Vol.1

Note : première chronique d’une série d’articles à paraître au sujet de Genesis et de Peter Gabriel sous l’égide de notre collègue Frederic. À surveiller…

 

Archive Volume 1 : 1967-1975
Genesis
1998
Atlantic Records

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *