Genesis – Happy The Man

Genesis - Happy The Man

Genesis – « Happy The Man »

« Happy The Man » est une chanson de Genesis, une des premières du groupe, excellente, entraînante, un peu étrange aussi. Mais si elle ne vous dit rien, je ne vous en voudrais pas pour cet oubli. En effet, elle ne figure sur aucun album. En revanche, elle a fait l’objet de la face A d’un 45 tours, qui a été la suite logique d’un enregistrement de la chanson le 10 mai 1972, ce qui la situerait historiquement dans la période de l’élaboration de Foxtrot. Sauf que ce n’est pas le cas du tout. Et c’est là où le mystère commence. De quand cette chanson date-t-elle ? Les historiens de Genesis se perdent en conjectures à ce propos. Et ça les énerve d’autant plus que ces mêmes historiens reconnaissent unanimement qu’« Happy The Man » est une de leurs chansons préférées parmi les premières du groupe. Une chose est sûre en tout cas, c’est qu’« Happy The Man » figure en tête des titres joués sur le célèbre bootleg enregistré le 7 mars 1971 à La Ferme de Woluwe St-Lambert en Belgique. Oui, c’est ça, Genesis a ouvert ce jour-là son concert bruxellois avec « Happy The Man » ! Un peu avant de jouer « The Musical Box ».

Genesis - Band

Alors « Happy The Man » daterait-elle de l’ère Nursery Cryme ? Que nenni mes bons amis, car des témoignages, et non des moindres, assurent que la chanson était déjà jouée sur scène du temps de Trespass alors qu’Antony Phillips faisait encore partie de Genesis.  Alors ? Alors on n’en sait vraiment trop rien. Car « Happy The Man » ne ressemble pas franchement non plus à ce qu’écrivait Genesis du temps de Trespass. Du coup, on n’ose même pas aborder le second mystère entourant cette chanson, à savoir : qui l’a écrite ? Ça pourrait être une blague musicale d’Antony Phillips, pour se détendre, car il était quand même le musicien le plus chevronné de Genesis à l’époque de sa présence dans le groupe. D’où le désarroi immense des autres membres de la formation lors de son départ. Ou un coup en douce de Tony Banks qui, outre son talent hallucinant aux claviers, se débrouille aussi fort à la guitare. Visionnez le début d’une vidéo de « Supper’s Ready » en concert pour vous en convaincre. Bref, harmoniquement, on est dans le flou total. Cependant, pour les paroles, on semble plutôt certain du génie, multi-certifié dans ce domaine, de Peter Gabriel. En effet, rien que les jeux de mots, pardon, je devrais parler plus précisément d’allitérations, qui surgissent ça et là mais à point nommé dans la chanson, prouvent une maîtrise parfaite de l’art de les construire avec finesse.

Bon, OK, ce que je viens de dire reste de l’ordre de l’hypothèse. Et à ce niveau d’incertitude heisenbergienne, on pourrait tout aussi bien désigner Mike Rutherford comme l’auteur de la chanson. Après tout, l’homme aime rire et s’est montré souvent bon manieur de mots. Mais si l’hypothèse de Peter Gabriel comme auteur d’« Happy The Man » retient plus particulièrement l’attention, c’est à cause de son thème, plus ou moins apparenté aux enseignements de la Bible, même si l’humour très vif parcourant la chanson détourne un peu le regard hors de ce sujet central. Enfin, il faut le dire puisque c’est le cas, le nom de Jesus Christ est clairement prononcé, ce qui n’est pas rien. Et ceci vient dès lors alimenter un champ de questionnement parmi les obscurs concernant Peter Gabriel, celui concernant Mozo, un personnage ô combien mystérieux, mais sans aucun doute conceptuellement biblique, apparaissant dans certaines de ses chansons, et nommément dans « On The Air » (« I want everybody to know that Mozo is here ! »). La question serait donc celle-ci : sous des aspects a priori drôlatiques, le personnage central d’« Happy The Man » ne préfigurerait-il pas en filigrane le Mozo de « Red Rain », chanson dans laquelle il chante « What can wash away my sin ? Nothing but the Red Rain of Jesus ». Fascinant, n’est-il pas ?

Frédéric Gerchambeau

 

Happy The Man
Genesis

Un commentaire

  • Rudy

    Après, on s’étonnera que leur 1er album « From Genesis To Revelation » ait été un échec commercial du fait de son rangement par les disquaires dans les bacs de … musique religieuse ah ah ah!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *