Falloch – This Island, Our Funeral

Falloch This Island, Our Funeral

Voici donc la deuxième réalisation du groupe écossais nommé Falloch, actif depuis 2010, et qui pratique un genre de métal atmosphérique (saupoudré d’éléments post/rock) au sens large du terme. Allez, c’est parti pour la visite guidée ! Quoi de mieux qu’une introduction mystérieuse, avec un souffle de vent aussitôt tranché par une guitare des plus crues et du meilleur effet ? « Tòrradh » nous invite illico dans le monde de Falloch, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’est pas des plus joyeux ! Après quelques minutes, un petit interlude nous fait entendre un dialogue de flûte et tambour dans un style scandinave moyenâgeux. Puis très vite, l’ensemble des instruments, guitare lourde en avant, reviennent occuper tout l’espace sonore, et Tony Dunn nous balance une mélodie vocale imparable. On peut s’interroger sur la voix du chanteur guitariste, qui est plutôt éloignée des « normes » du style métal, mais qui confère cette petite touche d’originalité à Falloch. On croirait en effet entendre Bono de U2 à certains moments ! Ce premier titre est une entrée en matière des plus agréables, et on accroche tout de suite si on est sensible au metal planant à tendance dépressive.

Avec « For life », on se retrouve plongé dans un style plus direct, introduit avec quelques arpèges délicats avant l’irruption d’un martèlement puissant et rapide, typiquement métallique. Puis les choses se calment et la voix impose sa loi tout au long de ces 5 minutes. C’est ici le chant qui fait l’attrait du morceau, avec cette alternance musicale de calme et de tempête. « For Uir » marque une pause mélancolique et tout en douceur, avec guitare acoustique et nappes atmosphériques pour poser le décor. Puis l’ambiance se « corse » un peu au milieu du titre avec une belle envolée cinématique électrifiée, avant que le climat ne se radoucisse sans délai. Pas de grande originalité à l’horizon, mais la différence se fait sentir une fois encore avec la voix, même si à la longue, cette dernière peut devenir irritante quand le chanteur pousse trop loin dans les aigus.

Falloch Band

Puis les 9 minutes de « Brahan » attaquent direct dans le vif du sujet, un peu comme certaines compos du groupe islandais Sólstafir (qui s’inscrit dans une même veine stylistique que Falloch). La rythmique se fait ici alambiquée, et l’esthétique déployée nous rapproche étonnement du son « post-core » d’un Isis. Les harmonies vocales sont extrêmement subtiles et travaillées, et il faut plusieurs écoutes pour bien les apprécier. Cette chevauchée dantesque ne ralentit guère que vers les dernières mesures, pour s’achever sur une basse vrombissante. « – » (quel drôle de titre !) est un interlude joué au clavier qui n’est pas pour déplaire, mais qui n’ajoute rien de spécial à l’ambiance générale de l’album.

Celui-ci s’achève avec « I Shall Build Mountains » et « Sanctuary » qui, leur durée cumulée, s’étendent sur plus de vingt minutes. La structure des deux compositions est la même tout du long, avec un schéma répété qui passe de la lenteur à l’accélération, avec bien sûr des mélodies différentes et finement ciselées à chaque fois, suffisamment pour garder notre attention éveillée. C’est plaisant, mais cela peut vite devenir lassant, surtout pour les personnes non-initiées à ce style de musique !

Avec « This Island, Our Funeral » et sa pochette froide, venteuse et brumeuse, Falloch nous invite à pénétrer dans un univers musical riche et complexe, mais qui cherche encore à affirmer sa propre identité. En effet, la ressemblance avec un certain Sleeping Karma reste frappante sur le plan mélodique et au niveau des guitares, sans parler de la structure des compositions, comme évoqué plus haut (la patte Sólstafir n’est jamais bien loin). L’album reste très fréquentable dans son ensemble, même si le morceau d’ouverture nous fait espérer le meilleur avant que la suite ne s’essouffle vite (surtout au niveau du chant qui finit par lasser), nous laissant au final un peu sur notre faim.

Un combo à ranger néanmoins aux côtés des Opeth et Anathema, pour ceux qui apprécient ces groupes. En espérant que le troisième album des islandais affirmera davantage la personnalité de ce groupe qui possède indéniablement un fort potentiel créatif et technique !

Rodolphe Lambert (7/10)

http://www.falloch.com/

This Island, Our Funeral
Falloch
2014
Candlelight

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *