Crippled Black Phoenix – White Light Generator

Crippled Black Phoenix – White Light Generator

Une nouvelle signature du label Mascot Label Group mérite assurément toute notre attention de principe. Le fait que le solide et avisé label néerlandais mise artistiquement sur un musicien de la trempe de Justin Greaves et sur son célèbre groupe Crippled Black Phoenix (dont il est le maître à penser et à jouer) n’est pas anodin. Rappelons en effet que Justin fut il y a quelques années le batteur du combo culte Electric Wizard, qu’il a multiplié par la suite les projets en refusant en permanence de se laisser enfermer dans des chapelles régressives et qu’il s’est récemment illustré au sein de l’excellent duo Se Delan. Cinq ans après le phénoménal « 200 Tons Of Bad Luck », cet artiste de choc et de choix est ici épaulé par des invités talentueux. Citons les si vous le voulez bien : Daniel Anghede au chant et à la guitare électrique, Karl Demeta à la six-cordes lui aussi, Christian Heilman à la basse, Mark Furnevall aux claviers et aux chœurs, Daisy Chapman au piano et au chant et enfin Ben Wilsker à la batterie. Une fois que tout cela est précisé, à quoi peut-on s’attendre musicalement ? En tout cas, pas à du rock progressif à la grand papa ! Histoire de prendre tout le monde à contrepied, Justin Greaves s’est contenté de rester lui-même et d’écrire treize compositions piochant leur inspiration dans des univers extrêmement variés. Et c’est tant mieux !

Le casting de choix qui officie sur l’album s’est mis au service des morceaux de Justin, sans vraiment en altérer la nature profonde. C’est que le bonhomme s’avère être un créateur inspiré, doublé d’un multi-instrumentiste de talent. A bien chercher, on pourra trouver quelques influences folk à la Steve Thorne (le titre d’ouverture « Sweeter Than You ») ou encore un petit côté Cat Stevens par instants (« We Remember You », « Wake Me Up When It’s Time To Sleep »). Pour le reste, le père Greaves opère une synthèse mélodique toute personnelle, capable de se nourrir de tout ce qui peut se faire et de le passer à travers le filtre de sa personnalité sans qu’il soit question de clonage ou de plagiat.

On trouve donc des pièces post-rock évoquant les japonais de Mono (le diptyque « NO ») au côté de morceaux doom à la façon du Paradise Lost époque « Icon » (« Let’s Have An Apocalypse Now », « Black Light Generator »), de délires électro azimutés dignes du meilleur Ozric Tentacles (« Parasites ») et de chansons dépressives que n’eut pas reniées le Anathema de « Judgement » (« A Brighter Tomorrow »). Un beau melting-pot en somme qui mérite d’être découvert sans plus tarder !

Bertrand Pourcheron (8/10)

http://www.crippledblackphoenix.co.uk/

 

White Light Generator
Crippled Black Phoenix
2014
Mascot Label Group

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *