Baptiste W Hamon – Jusqu’à La Lumière

Jusqu'à La Lumière
Baptiste W Hamon
Soleil Bleu / Manassas
2022
Franck Houdy

Baptiste W Hamon – Jusqu’à La Lumière

Baptiste W Hamon Jusqu'à La Lumière

Ce qui saisi tout d’abord à l’écoute de Jusqu’à La Lumière, le nouvel album de Baptiste W Hamon, c‘est une sensation d’épure et de grande proximité. On sent les instruments des musiciens juste là, au service d’une retenue laissant à la voix de Baptiste l’espace qu’il lui faut pour propager sa palette vibratoire si personnelle. L’ensemble est comme projeté chez soi, comme si le band s’incarnait dans notre salon le temps de quelques chansons simples et directes. Quel bonheur que ce temps suspendu à l’essentiel, d’autant que d’entrée de jeu, on sort « Boire Un Coup ». Cette chanson légère donne d’emblée le ton de l’album, la palette country-folk s’installe en douceur, basse, batterie aux balais, guitare folk, soutien de piano, chœurs, sans oublier le pedal steel de Joe Harvey-Whyte (dont je vous invite à écouter le très planant EP Flatland/Spaceland). Le voyage est là, juste en passant le pas de la porte de chez soi. Bien sûr, on y retrouve les influences américaines du chanteur mais cette fois-ci, elles se déploient totalement, comme libérées par la magie du producteur John Parish (PJ Harvey, Dominique A, Arno, Giant Sand). Et pourtant l’album a été enregistré à Bristol (UK), loin des contrées américaines si chères à l’artiste. Il a pour le coup très bien fait de suivre l’inspiration qui le poussait à travailler avec Parish, qui joue la quasi-totalité des instruments présents sur cet album, tant il nous offre un disque en harmonie avec ses aspirations et influences Americana.

Avec « Hosanna » et « Dorothée » la jonction avec la chanson française s’opère davantage encore, on a plaisir à retrouver ses ‘chansons prénoms’ et son talent de croqueur de situation. Chez lui, il y a toujours au moins un titre où je sens flotter une parenté avec Pierre Vassiliu, pour cet album c’est dans sa manière de placer sa voix, le style d‘écriture et la musique aux saveurs seventies de « Jusqu’à La Lumière » que je l’ai vu surgir avec un plaisir renouvelé « Avance, avance, avance Ne retiens pas ta peine, La nuit c’est fait pour épuiser les poèmes ». « Les Gens Trompés » résonne telle une prière païenne comme l’est parfois la poésie de Baptiste W Hamon « Je sais j’ai l’air idiot, mais J’ai besoin de toi mon frère Oui couvre-toi de mots Écarte-moi de la colère » ou encore « Porte-moi sur ton dos À nos malheurs, à nos misères Et puis bon Dieu c’est peut-être idiot Mais merci pour les bières ».

Baptiste W Hamon Jusqu'à La Lumière Band 1

Puis s’en vient « Retrouvailles Avec Le Froid » qui s’offre dans un arrangement minimaliste et qui m’évoque l’univers des chants de marins que l’on croise ci et là dans son répertoire, le tout teinté de saveurs surannées. De beaux mots ici encore et qui chantent bien « Je suis l’esclave d’un rêve où nous serions sauvés ». « Ils Fument » semble renvoyer au « Bloody Mary » de l’album Soleil Soleil Bleu même si son ambiance musicale diffère énormément. Superbe chanson d’amour, à écouter en boucle. Et puis il y a « Je M’Abandonne À Toi » qui brille de ce lyrisme propre à l’artiste, rehaussé par la trompette aux accents western de Pete Judge, on est en plein voyage. Tout se resserre quand débute les notes de « Laughter Beyond The Flames » interprétée en duo avec Ane Brun. Les voix très en avant de leur chant à l’unisson racontent en contrepoint la joie que ces deux-là ont eu à se rencontrer. On se surprend à se faire discret, comme de l’autre côté du feu de camp, essayant de ne pas déranger pour ne pas briser ce moment de grâce tant c’est simplement beau ! « Revoilà Le Soleil », reprise épique de l’auteur-compositeur-interprète Jacques Bertin, offre un final allant crescendo… Jusqu’à La Lumière, apothéose lumineuse pour un album qui distille des histoires de fraternité, de courage et de renouveau.

Baptiste W Hamon Jusqu'à La Lumière Band 2

Ce nouvel album de Baptiste W Hamon est truffé de jolies trouvailles de composition qui, sous des airs de simplicité, cachent des trésors d’inattendus. Comme il nous y a habitué avec ses précédentes pépites, il sait où et quand placer l’accord magique qui nous surprend pour mieux nous sortir de la routine conventionnelle et facile. Les arrangements tout en sobriété sont des révélateurs de la beauté des chansons de ce troubadour de la néo-chanson réaliste. Baptiste W Hamon se révèle ici comme jamais, grâce aux grands plaines et espaces que John Parish a su préserver et qui soulignent également à merveille, la richesse de chaque instrument, leur empreinte folk, charnelle, intime. On notera la participation aux chœurs de Lonny qui vient de sortir son magnifique LP Ex-voto dont nous vous parlerons bientôt.

https://fr-fr.facebook.com/BaptisteWHamon/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.