Lucas Giorgini – A Murder Collection

Lucas Giorgini - A Murder Collection

Lucas Giorgini est un jeune musicien plein d’avenir, qui ne renie pas le passé pour autant. Son premier album studio sur son propre label Omega Productions est un hommage direct à des compositeurs mythiques (Ennio Morricone, John Carpenter…) et à un genre qu’il vénère : la BO de séries B d’horreur des sixties/seventies, notamment italiennes. Si Lucas Giorgini est multi-instrumentiste, son album est avant tout dominé par les rythmes et les claviers, affichant clairement les couleurs et les timbres d’une passion

Lire la suite...

Richard Barbieri – Planets + Persona

Richard Barbieri - Planets Persona

L’air de rien, voici le troisième effort solo de l’ami Richard Barbieri. Pourquoi ami ? Parce que, quand on a affaire à celui qui a tenu les claviers de Japan avec David Sylvian et de Porcupine Tree avec Steven Wilson, on fait partie de mon cercle rapproché, pour ne pas dire de la famille ! Bon, je ne vous ferai pas le pitch sur le travail du monsieur avec les deux groupes suscités et/ou, par exemple, Steven Jansen (Stone To Flesh, 2015), Steve Hogarth (Ice Cream Genius, 2002 ; Not The Weapon But The Hand, 2012 ; Arc Light

Lire la suite...

Neu! – Rétrospective

Neu! - Neu!

Je vais vous parler – trop brièvement hélas, il faudrait tout un bouquin, un gros, pour tenter de bien faire – d’un groupe qui en quelques albums aussi cinglants que brillants a défriché tout en même temps l’ambient, le punk rock (enfin, ce qui allait le devenir), la musique industrielle et une poignée d’autres joyeusetés du même genre, dévastant sans y penser mais avec application des esprits aussi aiguisés que ceux de David Bowie et de Johnny Rotten, qui n’allaient pas tarder à multiplier,

Lire la suite...

Ulver – Riverhead

Ulver - Riverhead

Faisons court. Peu importe qu’on ait vu ou pas le long-métrage Riverhead de Justin Oakey, il se cache quelque chose d’autre dans ce treizième album des norvégiens Ulver. Cet instant spécifique où l’on sort du cadre. On oublie que cet objet est une B.O (même si faite en très étroite collaboration entre les membres du groupe et le réalisateur) et on se laisse happer par les traits minimaux, l’ambiance contemplative au carrefour de la menace et d’une forme d’attention mélodique.

Ulver - Band

Le minimalisme

Lire la suite...

Kurtz Mindfields – Un périple dans le monde de l’expérimentation analogue

Kurtz Mindfields

Kurtz Mindfields : Journey Through The Analoge Adventure/ The Dreaming Void

Avec Kurtz Mindfields, de son vrai nom Jean-Luc Briançon, et ses deux albums Journey Through The Analog Adventure, sorti en 2015, et le tout récent The Dreaming Void, on tape dans le lourd, le très lourd de la musique électronique de ces dernières années. D’abord parce que Jean-Luc Briançon n’est pas le premier claviériste venu, et assurément aussi du fait de la profusion musicale presque insensée représentée par l’addition… Lire la suite...

Jari Pitkänen – Unien

Jari Pitkänen - Unien : illustration

Depuis les Seventies, l’univers de l’expérimental a explosé en divers courants, la plupart regroupés sous le nom générique d’ambient. Et près de cinquante ans plus tard, on trouve encore des musiciens ou albums rendant hommage au style des précurseurs que furent par exemple les premiers albums de Tangerine Dream, Cluster et autres défricheurs du drone et de la Wallpaper Music ou « musiques de tapisserie » – celles d’avant le séquenceur. Parmi les plus connus (ou les plus productifs ?), on trouvera de nos jours

Lire la suite...

Hurz – Hurz

Mais qu’est-ce qui m’a pris de lever le doigt pour chroniquer de l’ambient, moi qui n’en suis vraiment pas un spécialiste ? C’est un style musical dans lequel il faut s’immerger mais qui, par essence, est difficile à décrire et à cerner. Alors, écrire pour exprimer ce que l’on ressent à son écoute relève de la gageure. Wikipedia en dit : « la musique ambient doit être capable d’accommoder tous les niveaux d’intérêt sans forcer l’auditeur à écouter ; elle doit être discrète et intéressante. 

Lire la suite...

Aethenor – Hazel

aethenor-hazel

Celle-là est compliquée. Ça va l’être à tout le moins. J’avais déjà ébauché des textes, des fragments vaguement et forcément insipides (n’est pas Schlegel qui veut), sur le précédent opus En Form For Blå. Ce super combo m’a toujours fasciné. Déjà par son corpus. Ce n’est pas tous les jours qu’on a Stephen O’Malley (Sunn O))), Khanate, KTL et assimilés), Kristoffer Rigg (Ulver), Daniel O’Sullivan (Ulver aussi) et le batteur free-jazz Steve Noble au sein d’un

Lire la suite...

System Morgue & Birtawil – Moea

moea

L’univers du drone est déjà bien rempli de projets le déclinant sous toutes ses formes, des plus dures et saturées (on parle alors de noise) au plus ambient, exploitant aussi diverses techniques et sources allant du hardware analogique vintage (synthétiseurs et claviers en dur) au laptop en passant par le field recording.

Le label SØVN nous avait déjà présentés l’an dernier Lost, Found d’Andrea Bruera, superbe EP digital aux influences post-rock, chroniqué sur C&O. Celui-ci, Moea, 8ème opus de ce label,

Lire la suite...

Peter Baumann – Machines Of Desire

Peter Baumann  Machines Of Desire

Inutile de présenter Peter Baumann, passons de suite à… Stop, freinage d’urgence ! Je me rends compte que nos « jeunes lecteurs », comme l’écrivaient certains magazines de ma jeunesse (je parle ici de ceux de moins de 40 ans), n’étaient même pas nés lorsque Peter Baumann a cessé de faire de la musique, et même d’en produire. Donc je reprends : Peter Baumann fut le troisième homme d’un trio mythique, le Tangerine Dream de l’époque où le groupe explosa les charts avec une série d’albums culte, marquant

Lire la suite...
1 2 3 12